TEXAS-INSTRUMENTS TI-30X PRO MathPrint

La TI-30X PRO MathPrint est une calculatrice bien actuelle, qui ne semble pas vendue en France où l’on trouve à sa place la TI-36X Pro dont elle est une version voisine.

Sortie en 2018, la MathPrint est dotée d’un afficheur spécifique à 4 lignes. La dalle LCD, continue, compte 192 X 64 points avec zones de 12 X 14 allouées à l’expression des chiffres espaces compris (image ci-dessous), ceux-ci étant exprimés en 10 X 14 points.

Une machine légère et précise, à alimentation solaire complétée par 2 piles plates CR2032.

La TI-30X présente deux discrètes particularités, qu’elle partage peut-être avec la TI-36X Pro, ce que je n’ai pas pu vérifier. La première concerne la précision de calcul, de 10 chiffres affichés, plus 3 chiffres de garde, comme l’annonce le manuel. Pourtant il semble en exister 3 de plus qui montrent parfois leur nez.

• Par exemple lors d’une entrée dont la réponse sera symbolique. Par exemple SIN(75) qui renvoie l’expression (√(6)+√(2))/4, qu’on traduira numériquement grâce à la touche ≈ qui renverra alors 0.965925826.

Les chiffres masqués, découvrables par ANS – 0.965925826 montreront 2.891E-10.

La valeur exprimée avec ses 13 chiffres significatifs sera donc 0.9659258262891.

Mais si l’on demande directement SIN(75)0.965925826, la réponse sera cette fois 2.890682E-10, avec une précision de 3 chiffres de plus pour un total de 16, soit  0.9659258262890682.

 

• L’autre particularité est la gestion interne de valeurs comprises dans l’intervalle :

1E100 ≤ valeur < 1E+128

et bien qu’un message de dépassement de capacité vienne censurer toute tentative d’afficher un résultat supérieur à 9.999999999999 E+99.

En conséquence, demander la factorielle de 84 (84! ≈ 3,314240135E+126) aboutit logiquement au message d’erreur, alors que demander la division de la factorielle de 84 par 1E+27 (84!/1E27 ≈ 3.314240135E+99) sera géré, avec affichage du résultat, compatible cette fois avec la capacité d’affichage.

Scénario différent dès 85! (85! ≈ 2,817104114E+128). L’opération échouera car c’est maintenant la capacité de gestion interne qui est atteinte.

Ce tableau schématique résume cette observation :

Les plages avec exposants de 10 négatifs sont soumis à cette même tolérance de dépassement.

 

 

 

Numworks

La Numworks est un objet récemment arrivé dans le paysage des calculatrices.

Elle semble surgie de nulle part, revendique l’originalité et vient dans un coffret cartonné chic, avec son câble de liaison USB, tel un téléphone portable.

A son lancement en 2017 on pouvait lire qu’au milieu de constructeurs historiques ayant cessé d’inventer, il y avait une place pour la Numworks, machine de conception nouvelle aux touches rationnellement placées, dotée du fameux langage de programmation Python.

Conçue par une société française respirant le dynamisme, la Numworks a rapidement suscité le plus grand intérêt. Davantage amateur de calculatrices anciennes que modernes, j’ai éprouvé le besoin de la voir de plus près, malgré son orientation très « classe de maths ».

En premier lieu, je tempère la sentence entendue à l’endroit des constructeurs prétendument endormis et resservant toujours les mêmes plats. Il y a effectivement d’année en année reconduction de modèles connus, toutes marques confondues, avec de simples mises au goût du jour au moment des rentrées des classes. Il y a aussi des paliers d’évolution qui montrent que tout n’est pas sclérosé dans le domaine. Citons la célérité des processeurs qui a fait des bonds importants, les possibilités d’affichage passées des simples segments LCD aux écrans haute définition couleur, parfois tactiles, une précision de calcul ne cessant de s’affiner. Citons des modèles surgis un beau jour, entièrement nouveaux, comme le concept nSpire de Texas-Instruments, les ambitieux CP300 et 400 de Casio, la formidable et très belle Prime de HP.

Numworks saura-t-il à son tour renouveler son modèle le moment venu ? Verra-t-on naître une gamme entière. Pour l’instant seules l’injection de mises-à-jour et de discrètes évolutions du firmware assurent la vie de l’offre, limitée à une seule machine.

La manipulation me déroute. Je déplore l’emplacement critiquable de touches importantes. Pourquoi avoir placé l’interrupteur logiciel au beau milieu des touches supérieures, avec de très fréquents arrêts et redémarrages intempestifs, heureusement sans conséquences. Et pourquoi celle symbolisant le retour en arrière nous ramène-t-elle si souvent directement sur les pavés de menus, faisant alors double emploi avec la touche « maison ». Quant au pavé directionnel à gauche, j’avoue avoir du mal à m’habituer et multiplier les fausses manœuvres

L’amateur de calculatrices voudra regarder de près les valeurs numériques. La Numworks raisonne davantage en expression symbolique qu’en valeur numérique. Ainsi la plupart du temps une valeur est exprimée à la fois par sa représentation symbolique à gauche de l’écran, et à droite par sa traduction numérique approchée.

Soumise à un simple test trigonométrique en mode radians, en l’occurrence la tangente de 355 divisé par 226, l’approximation numérique porte trop bien son nom, avec le seul premier chiffre correct, quand une prosaïque Commodore de 1976 à chiffres verts montrait déjà les 4 premiers. Même observation pour une valeur de tangente de 89.999999° évaluée à 62882113,020613, résultat fort éloigné des 14 premiers chiffres corrects 57295779,513082 déjà donnés par une toute simple Casio Graph 25+ de 2010.

Enfin, si la formulation symbolique arcsin(arccos(arctan(tan(cos(sin(9)))))) sait retourner la valeur exacte 9, sa décomposition en six étapes purement numériques renverra  8.9999999817222, une bonne valeur certes, comparable toutefois à celle d’une TI nspire CX  (écart à 9 de -1.82778E-8 pour la première, -1.82309E-8 pour la seconde).

La Numworks n’est programmable que par son module Python et je trouve cela un peu dommage. On n’y trouve pas un langage natif simple par défaut, auquel n’ont d’ailleurs pas renoncé les modèles concurrents équipés de fraîche date de leur module Python.

Le Python de la Numworks est cependant agréable et aisé à mettre en oeuvre. C’est une réussite.

Une machine tout en originalité et bien pensée, dommage que la position de certaines touches ne soit pas, selon moi, la meilleure.

Machine de test en version 19.5.0, FCC ID 2ALWP-N0110

CASIO 991 EX « Classwiz »

Nous trouvons là une présentation moderne de la CASIO FX-991, modèle scientifique de haut de gamme bien connu depuis bon nombre d’années.

La ligne Classwiz nous montre une façade d’un plastique dur particulièrement soigné. Mais aussi un afficheur d’une grande définition. Outre la possibilité d’y représenter un menu d’accueil riche et d’aspect graphique, les caractères alphanumériques présentent un dessin autrement plus sophistiqué que ceux des traditionnelles et pourtant déjà bien lisibles matrices 7 X 5 pixels. Il est vrai que les afficheurs modernes se doivent aujourd’hui d’être capables de restituer non seulement des caractères européens fidèles mais aussi japonais voire chinois, un gros défi.

Regardons les chiffres de la 991 EX de plus près. Tentons à cet effet une photographie en mode « macro ». L’éclairage nécessaire et le talent m’ayant manqué pour réaliser de bonnes photos publiables, j’en propose une représentation à l’aide du quadrillage d’un tableur.

 

Des matrices 12 X 9 sont à l’oeuvre pour dessiner une véritable fonte, avec empattements, pleins et déliés, asymétries.

La Classwiz n’est pas la seule calculatrice actuelle à proposer une telle définition. Regardons comment se débrouille la Texas-Instruments TI-30X MathPrint Pro.

Soumise au même protocole de représentation, voici à quoi ressemblent de près les chiffres de la concurrente de la Classwiz 991.

Des matrices de 14 X 10 pour la texane, au dessin vu comme plus simple en raison du trait toujours en double épaisseur. On voit un 5 bien reconnaissable dans tous les affichages graphiques de TI, avec sa barre supérieure un peu longue. A part le chiffre 1 tous les autres utilisent les 10 pixels de largeur.

Ne lâchons pas la loupe et regardons d’autres modèles, comme le CASIO CP 400

Cette fois il s’agit de matrices 13 X 9. Seul le chiffre 4 tire parti du 9e pixel.

Passons au modèle suivant avec l’ancienne CASIO CG-10 « Prizm » :

Avec une matrice de 19 X 15, nous trouvons là le summum de la finesse, avec des traits triples, des empattements pour tout le monde, des asymétries, des « pompons » pour le 2, le 3, le 5, le 6 le 9, la jambe du 7 présentant un galbe impeccable. Ici aussi, seul le 4 appelle le pixel le plus à droite.

Poussons encore la curiosité et regardons la TI N’spire ancienne génération et la HP Prime.

Pour cette dernière je ne sais que penser. Je n’ai pas réussi à conclure si la technologie de l’écran couleur montrait de légers artefacts ou bien si, typographie ultime, les chiffres étaient subtilement complétés de pixels en divers niveaux de gris. En tout état de cause, je reproduis ci-dessous les cinq premiers chiffres issus de pixels incontestables et les cinq autres complétés aux bons endroits des pixels fantomatiques que j’ai cru (et je voudrais y croire) y déceler. Il est certain qu’à la loupe, la police apparaît plus belle que la représentation des 5 premiers chiffres ci-dessous. A noter que deux 4 consécutifs se touchent toujours dans une Prime.

 

Enfin dernier modèle scruté, une TI NSPIRE de première génération, à écran noir & blanc.

La NSPIRE est généreuse, elle offre trois fontes différentes, celle active en ligne de saisie, une autre en mode édition, et aussi une italique, plus belle en vrai que celle d’aspect squelettique et tourmenté représentée ici.

Toutes les fontes que nous venons de passer en revue sont en chasse fixe, soit non proportionnelles, c’est-à-dire qu’un étroit 1 mobilisera, au même titre que le large 4, la matrice entière, avec la conséquence inesthétique d’un espace déséquilibré entre certains caractères. C’est aussi le cas pour la NSPIRE, mais seulement pour les chiffres, les caractères alphabétiques sont gérés de façon proportionnelle (17 « W » à la suite saturent la largeur de l’écran, contre 51 « I », 21 « A » ou 26 « E »).

Les matrices numériques de la NSPIRE sont de type 11 X 7. Ces fontes ne sont donc pas les plus riches, en particulier celle du mode édition, strictement filaire, sans empattements. Même le 7 ne comporte pas de retour vertical supérieur gauche, ce qui m’amène à une réflexion en forme de conjecture …

En effet, se pourrait-il que dans les représentations antiques par matrices de 7 segments, le trait vertical supérieur gauche du 7 parfois retranscrit mais pas toujours (ci-dessus) corresponde à un empattement en germe ? je n’ai pas la réponse.

Enfin, je mets ci-dessous quelques exemples de fontes informatiques classiques. Je crois voir du « Terminal » chez TI – le 8 et la longue barre horizontale du 5 – du « Bodoni » chez CASIO, avec les « pompons » … Quant au 8 où gauche et droite sont parfois asymétriques, c’est encore une autre influence …

Dans cette présentation, l’écran de la FX-991 vole la vedette à sa propriétaire, dont il est finalement peu question ici. La FX-991 sera regardée de plus près dans un prochain article qui devrait la comparer aux TI-30X MathPrint Pro, CANON X MARK I PRO et SHARP EL-516, soit des calculatrices scientifiques de gamme supérieure modernes.

Concernant la petite étude sur les fontes à laquelle je me livre, je termine en précisant que chaque fois que j’ai eu le choix, j’ai utilisé la plus grande des polices proposées par la calculatrice.

Dominique

 

TI-nspire -Version TI-84

Je me demandais depuis longtemps comment ça pouvait marcher.

Parmi les nombreux visages que présenta la TIspire jusqu’à nos jours, il en fut un, peu banal, qui en 2007 offrait en série une parfaite comptabilité avec une autre calculatrice de la marque, la TI-84, et ce dans un but de compatibilité avec les salles d’examens.

Deux claviers interchangeables étaient disponibles pour transformer l’une en l’autre. Il faut noter à ce sujet que contrairement à la SHARP EL-9900 au clavier réversible ayant requis l’étude d’un boîtier spécifique, les spire, du moins celles à piles AAA ont structurellement un clavier amovible, les piles s’insérant clavier déposé.

L’énigme est ailleurs : Une spire, c’est rapide comme l’éclair et ça affiche des caractères fins et définis. Tandis qu’une TI-84 montre des pixels de taille classique et des chronos plus modérés. A quoi va ressembler cette drôle de 84 une fois le clavier idoine en place ? Héritera-t-elle de la vélocité, de la mémoire, de la définition de la machine hôte ? Et sera-t-elle seulement programmable ?

Ayant acquis récemment cette machine à double personnalité, je vais pouvoir chercher les réponses.

Je mets en place le clavier 84 et appuie sur ON. La spire affiche alors une barre de progression indiquant le chargement du système d’exploitation (message identique pour l’un et l’autre clavier). L’écran nous informe furtivement que nous sommes en présence d’une TI-84 Silver Edition puis ajuste l’écran en le bordant de fines bandes sombres. Nous voilà face à une TI-84 à la mine – du moins l’écran – parfaitement authentique, avec de gros chiffres de 5 X 7 pixels et une vitesse de calcul qui n’est pas celle, bien plus élevée, de la machine hôte mais bien d’une classique TI84 Silver Edition. La mémoire libre affichée est de 24,317 K plus 1540 K d’archivage, soit loin des 27.8 méga-octets du mode spire.

La schizophrénie semble totale. Mais comment cela marche-t-il ? Avons nous affaire à deux électroniques spécifiques embarquées dans le même boîtier, à savoir deux processeurs, deux puces mémoires … Ces puces 84 ne seraient-elles d’ailleurs pas implantées sur le clavier 84 lui-même ?

Démontons pour regarder.

Comme on peut le voir sur les photos, le clavier amovible n’embarque aucun processeur ou puces de mémoire. Quant au PCB de la machine, c’est celui d’une spire, sans rien d’additionnel qui frappe l’œil. La partie TI-84 serait dans ce cas une émulation purement logicielle, un programme inscrit en ROM, tournant sous le puissant processeur de la spire.

Loupe en mains, l’émulation est aussi à l’oeuvre côté afficheur, celui-ci segmentant pour l’occasion sa dalle LCD en zones de 21 X 15 pixels consacrés à l’affichage des caractères, soit 3 X 3 = 9 pixels pour l’émulation d’un point. Le tour de passe-passe est parfaitement invisible à l’œil nu.

Cette TI-84, ici en version 2.46 est pleinement programmable, présentant notamment les fonctions d’entrée / sortie et de tracé programmé que le mode spire ne gère pas encore à ce stade de son existence, c’est un comble.

Avec l’écran géant et le clavier confortable, la TI-84 émulée révèle une vraie qualité bien involontaire: elle est parfaite pour qui n’a plus ses yeux de lynx d’antan.

En conclusion, ayant trouvé trop peu d’éléments sur le net concernant cette machine peu commune, la description à laquelle je me livre ici est tirée de mes observations et peut pâtir de mes faibles connaissances en électronique. Je remercie par avance le lecteur qui en saurait davantage de me corriger le cas échéant.

 

Les photos :

La matrice 15 x 21 simulant celle de 5 x 7 de la TI-84

Des pixels de 9 « sous-pixels »

Le clavier amovible « TI-84 » ouvert

Le PCB de la nspire

 

 

 

 

 

 

CANON X Mark I PRO

Un nom un peu compliqué pour une CANON au design un peu déroutant.

Dessin allongé, extraplat, immaculé, des touches affleurantes tantôt carrées ou rectangulaires, étroitement accolées, tel un quadrillage façon jeu de taquin. En main, la machine respire la qualité. Elle semble bien construite, avec un écran matriciel très contrasté, présentant les nombres avec une fonte généreuse de 9X5 points.

Les fonctionnalités de calcul ne sont pas révolutionnaires mais situées sur un segment scientifique haut. La CANON connait la sommation, le calcul intégral et différentiel, modules que la notation naturelle rend agréables à utiliser. La Mark Pro sait aussi décomposer en produit de facteurs premiers.

Le processeur semble inédit. Sa précision interne est élevée. Aux 10 chiffres affichés s’ajoutent de nombreux chiffres de garde, découvrables lors d’approches indirectes, dont les 4 plus lointains sont lisibles mais perdus à la manipulation. Le nombre total de chiffres gérés en interne semble être de 20 et ils sont exacts – excepté le tout dernier, arrondi parfois de façon inattendue (la division de 1 par 3 donne 0,333 333 333 333 333 333 34) – et non constitués pour partie d’artefacts liés à un traitement interne binaire comme cela se rencontre parfois (HP-30S par exemple).

Nombre de chiffres gérés et qualité manifeste des algorithmes internes font de la Canon X PRO une machine d’une grande justesse, même si elle ne livre pas tous ses secrets.

A ce sujet, je crois déceler une erreur dans le manuel, où les nombres Pi et e sont représentés avec 2 derniers chiffres que je ne sais pas reproduire. Ceux que j’obtiens sont exacts, à l’arrondi près, aux valeurs officielles. Ceux du manuel n’ont pas de sens. Ces 2 derniers chiffres sont d’ailleurs identiques pour e et Pi. Je mets ci-dessous l’extrait du manuel (page 99) et plus bas une capture des écrans réels que j’obtiens.

De nouveau un extrait du manuel présentant en page 80 la précision interne.

Le test « Forensics » est excellent avec une valeur de : 9,000 000 000 000 313 888 8, touchant du doigt le 9 théorique.

La CANON se débrouille bien sur cet autre test qui donne souvent du fil à retordre : tan(355/226 radians), et renvoie 11 premiers chiffres justes.

Côté vitesse de calcul, les performances sont modérées, avec l’avantage de voir apparaître l’impressionnant message PROCESSING lors de longs calculs.

Point toujours intéressant : les propositions incluent les variables, avec la possibilité de juxtaposer plusieurs propositions (le symbole « : » est géré), ce qui revient à créer dans la ligne de saisie des suites d’entrées pouvant agir comme le ferait un programme simple.

Calculatrice au design chic, bien construite, précise, la CANON Mark 1 PRO est une CANON puissante sans doute trop méconnue.

Pas de couvercle en plastique dur, mais à la place une fine housse en tissu.

CASIO GRAPH 90+E

En cette année 2017, Casio lance une nouvelle calculatrice graphique, la Graph-90+E.

Positionnée à une marche du haut de gamme, la GRAPH 90 succède aux Graph 75 et 95 Noir & blanc et Fx-CG10 couleur (la fameuse Prizm), mais ne va pas jusqu’à embarquer le système mathématique de calcul formel, chasse gardée du CP-400.

Les premiers échos annonçaient un grand écran couleur, des graphes 3D, et surtout une vitesse de calcul importante, tandis que les captures glanées par ci par là montraient une machine à l’aspect agréable, sans grand caractère, rien à voir avec l’audacieuse « Prizm«  Fx-CG10 de 2010.

Depuis cet été, la GRAPH 90 est dans les rayons des supermarchés. Elle n’y est pas pour autant « visible » au sens strict du mot, son gros emballage en plastique, pourtant transparent, se voyant recouvert d’autocollants de présentation et de promotion qui cachent tout, au bas du clavier près. La voisine de gondole Ti-83 Premium CE ne parait pas mieux lotie sur ce point.

Acquéreur de la Prizm couleur cinq ans auparavant, je décide de sauter le pas cette fois encore, en dépit des minces présages d’innovation. Ciseaux en mains, l’épais blister en plastique est sacrifié sans pitié, et une machine toute neuve en sort, libérée de sa prison translucide.

Première constatation, quelle finesse ! Un record pour une machine à piles (AAA X 4). Des lignes travaillées, un dessin élaboré avec soin, une maturité du design. L’habillage plastique est à l’avenant. Dur et brillant, il avait été inauguré pour le CASIO CP-400 – en version noire – puis sur la famille des Classwiz. Ici il est blanc, couleur du modèle français. Certaines légendes de touches imprimées en façade ressortent mal, c’est dommage.

Un effet visuel impressionnant : le gris profondément sombre de l’écran éteint. Allumé, un monde de couleurs s’éveille.

L’apport de cette nouvelle Casio Graph-90 ne serait-il qu’esthétique ? Il est clair que les fonctionnalités demeurent proches de celles de la Prizm Fx-CG10.

Qu’en est-il de la vitesse de calcul dont on dit ici et là le plus grand bien ?

Casio nous a habitués dès 2005, avec sa Graph 85, à des modèles remarquablement rapides. A cette époque, la vitesse va devenir la préoccupation des constructeurs. HP sortira sa 49G+ dont le processeur ARM clouera sur place les 48 et 49 à classique processeur Saturn. Puis va surgir la TI N’spire, longtemps demeurée championne en vitesse de calcul.

Arrive 2010 et une petite HP-30B financière rapide comme l’éclair. Puis on accélère très fort vers des sommets avec la HP-39GII de 2012, puis la HP-Prime un an plus tard, aux chronos inégalés.

Où se situe la nouvelle Casio Graph-90+ dans tout ça ?

En première approche quelques tracés de courbes, l’exécution d’un petit programme, le lancement de l’optimisation mémoire confirment la sensation d’un excellent tonus général.

Reste à l’évaluer aussi finement que possible. Pour ce faire, j’ai soumis la 90 et machines sus-nommées – sans oublier sa consœur Ti 83 Premium CE -, à quelques tests mêlant calculs et tracés. On se souvient des griefs portés à l’endroit de la Prizm CG10, non sur sa vitesse de calcul proprement dite, mais sur celle des tracés, notablement plus lents que sur les modèles CASIO à écran noir & blanc.

Tests pratiqués * :

  • Le calcul en boucle. Le classique de cumul des 360 sinus se voit chronométré. Sauf que pour de tels bolides, l’étendue a été portée à 7200.
  • Un simple tracé en direct de 3 sinusoïdes simultanées.
  • Un tracé programmé : une longue spirale rectangulaire, suite de « plot » et « line« .
  • Un tracé programmé : le tracé d’une fractale.

A l’issue de ces quelques tests, les conclusions sont simples : En calcul pur et en tracé de simples courbes, la GRAPH 90 bat toutes les CASIO à la course (presque 2 fois mieux que la Prizm CG10), ainsi que la Ti 83 Premium. Elle fait tout bonnement jeu quasi égal avec la TI N’spire. Mais échoue encore derrière les reines de l’asphalte HP, en particulier la Prime.

Les choses sont différentes en dessin programmé, point noir de la Prizm. Si le progrès réalisé est important, le problème de lenteur en dessin n’a pas disparu sur la 90, les deux Casio couleur se voyant battues à plate couture par leur aînée Graph 85(**) de 2005 (fractale tracée en 23 s contre 41 s pour la 90, et 100 s pour la Prizm). La Ti-83 Premium CE s’en sort mieux, quoique distancée elle aussi par la vaillante 85. L’écran de tracé y est par ailleurs notablement plus étroit que celui de la Graph 90.

Au chapitre des différences entre Casio Graph-90 et son aînée Prizm FX-CG10 : Les icônes de menus sont d’un dessin léger et diffus sur cette dernière, bien rectangulaires et colorés sur la première. Au point qu’on se surprend à poser le doigt dessus. En pure perte car rien de tactile ici.

Le minuscule symbole d’occupation est différent aussi. C’est anecdotique. Ce qui ne l’est pas, c’est le positionnement revendiqué par les deux machines. La Prizm de 2010 se voulait une forte rupture: la technologie couleur et le design, ce dessin hardi qu’aucune Casio récente n’avait osé revêtir avant elle. Tout au contraire, La Graph-90 se veut rassurante, une Casio absolument « normale », bien à sa place dans le rayon du magasin, plus encore dans le panier de l’acheteur dont on sait qu’il n’aime pas beaucoup les expérimentations hasardeuses. Il s’est montré très méfiant envers « l’ovni » Prizm FX-CG10 dans le passé, du moins en France.

On continue sur le jeu des différences : les manuels comparés montrent une consommation moindre pour la nouvelle venue. C’est une bonne nouvelle quoique l’autonomie de la Prizm ne soit pas réellement problématique. Et enfin l’odeur désagréable de composants de la Prizm, partagée par le Casio CP-400, semble éradiquée.

On fait parfois le reproche à Casio de perpétuer un environnement de travail qui n’évolue guère. La Graph-90 n’est certes pas la calculatrice de l’extrême. En cette fin de décennie 2010, elle pourrait représenter une sorte de synthèse des différentes innovations de cette décennie, et aussi des pistes prometteuses abandonnées : pas de contagion du calcul formel sur l’ensemble des modèles, cela reste réservé au haut de gamme, toutes marques confondues. Pas de généralisation à ce jour de l’écran tactile. Casio et HP savent faire, TI temporise, le public ne le réclame pas à cor et à cri.

Bienvenue donc à cette belle Casio indéniablement rapide. Je me demande quand même si je ne préfère pas la Prizm, porteuse d’une réelle innovation maintenant rentrée dans le rang, et dotée d’un clavier au meilleur toucher selon moi.

 

(*) Les tests pratiqués visent à dessiner une image générale de la performance. Je ne doute pas que les programmes utilisés puissent être adaptés ou optimisés de façon à modifier quelque peu telle ou telle mesure.

 

(**) La CASIO GRAPH 85 (nom international 9860G) utilisée est de version 1, soit la ROM 01.00.0000. Les ROM suivantes, incluant en particulier la gestion des chaînes de caractères, donnent de moins bons résultat en célérité que la ROM initiale.

Texas Instruments nSpire CX

NSPIRE2-535x1024

L’exemplaire photographié ici est un modèle tardif : nSpire à batteries et écran couleur.

Quelle drôle de machine que la TI nSpire. Rien que son nom est déjà une curiosité. Parions que personne n’est certain de savoir bien l’écrire. Faut-il une apostrophe ? une majuscule ? à quel endroit …

La TI nSpire initiale est apparue vers 2007 sous la forme d’une machine de grandes dimensions évoquant l’univers professionnel de la technique. Cette calculatrice graphique de haut de gamme à destination incomparablement scolaire innovait dans quatre directions :

  • Un écran remarquablement défini : dans les rayons des magasins, l’écran était systématiquement recouvert d’un film cellophane figurant un affichage type. On devinait une définition inouïe, presque incompréhensible. Le film cellophane était-il un tantinet optimiste ? Machine en mains, les pixels devenaient perceptibles quoique minuscules, l’écran étant incontestablement défini, et tout en niveaux de gris.
  • Une vitesse de calcul alors inconnue dans le calcul de poche. La nSpire sera la calculatrice la plus rapide des années durant.
  • Un système d’exploitation de type ordinateur bureautique : On peut aimer cet environnement bureautique très organisé ou bien au contraire trouver de la lourdeur dans cette logique de type ordinateur familial.
  • Un arrêt pur et simple de l’offre de programmation. Les premiers prototypes ne sont tout bonnement pas programmables, c’est une première pour une calculatrice de haut de gamme. Doit-on y voir une conception inaboutie ou bien un choix délibéré de tourner une page, le pari d’une programmation qui n’intéresse plus, qui n’est plus utile ? Quelles qu’en soient les raisons, les premiers modèles commercialisés intégreront tout de même un module de programmation, mais moins puissant qu’attendu, ne sachant notamment gérer l’aspect graphique, il faudra attendre pour cela la CX-II-T de 2019. La Ti-89 Titanium de conception plus ancienne, mais plus brillante sur ce point et plus ouverte, ne perdra pas facilement son public.

Plusieurs évolutions de nSpire se succéderont au fil du temps. Alors que la toute première disposait d’un clavier alphabétique composé de petites touches parsemées sur toute la surface du clavier, le modèle suivant dédiera la zone inférieure de la machine au clavier alphabétique. Puis l’écran couleur fera son apparition avec la n’Spire CX, modèle à batterie à la physionomie fine et légère. A ce jour, aucune nSpire n’offre la technologie tactile. Pourtant, le touchpad, dispositif pilotant le pointeur par l’index à la manière d’une souris, semble la légitimer depuis longtemps.

De tous temps, deux offres de nSpire furent disponibles : Avec système mathématique CAS ou pas. Une version à clavier interchangeable exista au tout début. Elle permettait de transformer sa nSpire de base en une parfaite TI-84.

 

TI-83 PREMIUM CE

TI-84CE2

La TI-83 PREMIUM CE est la version actuelle de la prolifique TI-83, lancée en 1996. Les fonctions de calcul sont aujourd’hui plus nombreuses, mais la philosophie générale est restée similaire, la vraie nouveauté étant ici l’afficheur lumineux, en couleurs, HD, une merveille. Depuis la CASIO Prizm (2010 déjà), quelques écrans couleur ont vu le jour ici et là, sans jamais inquiéter le moins du monde le classique LCD gris à gros pixels, un peu moins cher, plus pratique avec ses piles classiques, davantage passe-partout aussi, car c’est un fait que le marché des calculatrices se montre frileux à l’égard des innovations depuis plusieurs années.

Exceptée la toute dernière : le mode examen. La PREMIUM en est pourvue, tout comme les récentes CASIO. Pour l’explorateur de calculatrices, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. En quoi consiste le mode ? L’étudiant en salle d’examen est tenu de commuter sa machine en mode examen. Dès lors, la mémoire interne susceptible de contenir de supposées antisèches n’est plus accessible. Une diode rouge montrera à l’examinateur que le mode est bien actif. Et impossible pour un tricheur de sortir du mode à sa guise : on ne sort du mode examen qu’en se branchant par câble à une autre TI analogue. C’est d’ailleurs là que les ennuis commencent pour qui commute par erreur sa machine.

Cela dit et ce n’est que mon avis, d’un point de vue scolaire, il semble sain de neutraliser la tricherie, et de préserver les étudiants de la tentation de tricher, ce qui était si facile avec les machines précédentes. Toutes les fois qu’il m’est arrivé de parler calculatrices avec mes collègues, j’ai entendu les mêmes choses sur les antisèches, systématiquement utilisées par toutes et tous. Ce ne pouvait être satisfaisant. Naturellement, on n’empêchera pas un as du bricolage d’ajouter une diode fictive, mais au moins on n’est pas plus dans la tricherie institutionnalisée.

Et puis après tout, les calculatrices de poche ne sont pas faites aujourd’hui pour les nostalgiques de la grande époque, mais bien majoritairement pour la sphère scolaire.

Ce ne fut pas toujours le cas. Un glissement s’est opéré, plus ou moins naturellement. Tentons de nous remémorer comment les choses sont arrivées, quand et pourquoi. Retraçons de façon simplifiée les grands épisodes du phénomène calculatrice :

La calculatrice de poche apparaît au tout début des années 70. L’objet est alors réservé aux utilisateurs fortunés, aux entreprises. Les premiers modèles scientifiques arrivent vite (HP-35), puis les programmables. Puis en 1976, le phénomène explose, les prix baissent, la calculatrice est l’objet magique que tout un chacun veut avoir, pour des besoins sans doute surévalués. Ainsi les calculatrices s’invitent au supermarché où le client contrôle en temps réel le montant du caddy, dans la voiture pour la consommation d’essence, dans le meuble secrétaire pour le suivi du relevé bancaire ou des impôts.

Les calculatrices programmables seront volontiers assimilées à des ordinateurs, parlant le même langage informatique et réservées aux techniciens, informaticiens, ingénieurs … Les machines programmables, puissantes, hors de prix, subiront une mutation importante au cours de la première moitié des années 80, avec l’arrivée des ordinateurs de poche qui en bouleverseront le concept.

Mais la mode s’essouffle, l’utilisateur lambda s’est lassé de programmer. Quant à la calculatrice, elle est devenue au fil des mois une calculette, outil banal qui a également cessé d’étonner. Au milieu d’un creux de vague, Casio innove et sort la calculatrice graphique, capable de traduire en tracés toutes sortes de fonctions mathématiques. Les autres suivent, une mode est lancée. Elle va comme un gant à la sphère étudiante. Les calculatrices ne séduisent plus, transformons-les en amis de l’étudiant. Calquons les fonctionnalités des machines sur les différents programmes scolaires, lançons des modèles adaptés aux classes, aux filières, organisons des formations d’enseignants, des partenariats commerciaux, rendons-nous incontournable dans l’acquisition du savoir mathématique …

Pari réussi. Depuis trente ans maintenant, les calculatrices sont dans les cartables. Les rayons des supermarchés ont leur « mur » de calculatrices, avec des dizaines de références pour un usage en grande partie scolaire. Une offre pléthorique, des constructeurs prospères. On peut juste rester perplexe sur cette survie miraculeuse, qui ressemble fort à un tour de passe-passe commercial, d’autant qu’elle est obtenue au prix d’un renoncement à toute innovation ou originalité qui feraient monter les prix, donc gréver le budget toujours serré des fournitures de rentrée scolaire.

On peut imaginer qu’ailleurs, sur d’autres planètes par exemple, dans d’autres univers parallèles, des scénarios différents ont pu apparaître :

Embarquons dans notre astronef et allons voir … Alors que sur la majorité des planètes survolées, les calculatrices de poche évoluées ont quasiment disparu sitôt la grande mode passée, sur la planète Tritonia, on trouve un GPS qui a connu le destin des calculatrices terriennes : D’abord petit appareil de navigation qu’on fixe au pare-brise de la voiture, avec son fil qui se tortille joyeusement et vendu par 2 ou 3 sociétés innovantes, le GPS s’est rapidement trouvé fondu dans l’équipement de série des véhicules. Les constructeurs de GPS portables ont décidé de ne pas mourir et, moyennant l’ajout de cartes géographiques et de bases de données encyclopédiques, se sont invités dans les cartables en tant qu’ami indispensable de l’étudiant en géographie.

Histoire équivalente sur l’astéroïde habité Zébulus, où ce sont les appareils traducteurs nomades qui sont devenus le conseiller spécial en langues étrangères du lycéen, quand les traducteurs en ligne les ont dépouillés de leur utilité.

Et pour continuer notre voyage spatial, jetons un œil au hublot vers la comète habitée Voolcania où les étudiants comblés disposent d’un assistant personnel combinant géographie, langues, sciences, économie, tous les modules de l’enseignement.

Sur Terre les élèves n’ont que leur obligatoire ami mathématique, qui ne peut désormais plus rien faire pour eux en cas de panne de mémoire en salle d’examen.

Pour nous recentrer sur la TI-83 PREMIUM, saluons un bel objet, recouvert d’un plastique nacré de qualité, au design aussi fin et léger que sa batterie rechargeable le permet, celle-ci montrant une bonne tenue, même après plusieurs semaines d’extinction.

Le clavier de la 83 possède de mon point de vue un excellent toucher. On peut y noter la disparition de la classique séquence « sin cos tan« . Les fonctions trigonométriques sont regroupées sous une unique touche « trig » appelant un menu bien complet. Cela existait aussi sous l’ancienne HP-28S.

Affichage couleur et définition d’écran sont splendides. Toutefois, les tracés se déroulent à l’intérieur d’une sous-fenêtre nettement plus réduite que l’écran principal, c’est dommage. Et ils ne sont pas des plus rapides. De même, la vitesse de calcul ne restera pas la meilleure de son époque. A contrario les dessins programmés ne souffrent d’aucune lenteur excessive.

La programmation de cette TI typique est vraiment aisée. Et la relecture des programmes est rendue confortable par une bonne lisibilité du code. Programmer est un plaisir avec cette belle TI 83.

Petit comparatif de petites calculettes

PCOMP

Elles sont minuscules, on les voit partout, certains les destinent parfois aux écoliers des classes primaires. Il est vrai que le nombre de fonctions de ces calculettes est réduit. Ces petites machines sont-elles pour autant similaires et insipides ou bien peut-on leur trouver de la personnalité à revendre ? Penchons-nous sur trois modèles bien actuels, la CASIO Petite FX, la TI-106 Écolier et une moins connue, la SIGN dénichée dans les rayons d’une grande librairie lilloise.

PCASIO

Les trois machines ont déjà en commun un design coloré et agréable. La plus large des trois, la CASIO Petite FX, possède aussi le plus grand écran. Les touches sont larges et confortables. Mais la CASIO est la seule à ne pas offrir l’alimentation solaire, c’est dommage. Le clavier est bon, les touches gomme n’appellent pas de remarques. Peut-on déjà entrevoir la CASIO comme vedette du comparatif ? Pas tout-à-fait, en raison d’un couvercle à charnière, solidaire de la machine et plutôt encombrant en mains.

PSOLVEIG

Voyons maintenant la SIGN, déjà rencontrée sous le label Solveig. Ici le design est roi, cette toute petite machine est très jolie avec ses belles couleurs et ses formes biseautées. L’afficheur, un cran plus petit ici, dévoile des digits au dessin splendide – ce sont d’ailleurs ceux de sa grande soeur, en miniature. La SIGN dispose d’une minuscule cellule solaire, c’est un bon point. Des touches gommes et un clavier au toucher hélas imprécis et peu agréable … c’est dommage. Et aucun dispositif de protection, pas de housse ou de couvercle. La SIGN est cependant la calculatrice la moins chère de ce palmarès.

PTI

La TI-106 montera-t-elle sur la plus haute marche du podium ?  Le design s’inscrit sans détour dans l’ambiance scolaire des tout premiers âges. Avec une mention Écolier, écrite comme il se doit en pleins et déliés. Un petit panneau solaire, avec sans doute une pile de secours à l’intérieur car la TI, tout comme la SIGN, fonctionnent sous un faible éclairage. Le clavier, avec ses touches en matériau dur offre le meilleur toucher. La TI est quant à elle protégée par un couvercle amovible et réversible.

 Donc verdict personnel, une TI-106 en tête, mais suivie de tout près par ses attachantes comparses.

Ordning & Reda

Calculatrice orientée vers un usage commercial, bénéficiant d’un design extra-plat, sombre et brillant.

Un afficheur généreux à 12 positions, l’usage commercial est confirmé par la touche de double zéro. Aucune fonction compliquée ne viendra troubler la manipulation de cette machine simple et sûre.

Le témoin MINUS indique qu’une valeur exprimée sur douze chiffres – donc emplissant l’écran – est négative. Pour des valeurs laissant une petite place, le classique signe MOINS à gauche du nombre remplira cette fonction. Le témoin MINUS permet de ne pas céder un chiffre au profit du symbole négatif.

Ce modèle provient de Suède. ORDNING & REDA y est spécialisée en articles de papeterie, sacs et bagages et propose dans son catalogue cet unique modèle.

HP 33S

HP33S

La HP 33S est la petite sœur peu connue et plutôt mal aimée de la moderne HP-35S.

On lui reproche souvent une esthétique futuriste un peu bizarre. A son lancement, en 2004, je me souviens avoir été choqué par cette ligne compliquée aux arêtes fuyantes, aux touches inclinées.

Puis j’ai eu l’occasion d’en tenir une en mains, et j’ai été agréablement surpris. La 33S est bien une HP. On y retrouve vite ses repères : les touches XEQ, R/S, PRGM, les SHIFT de couleur. La 33S est agréable et efficace. Sous l’aspect fouillis des touches aux légendes innombrables se trouve un clavier pas trop mal pensé, avec les touches principales bien placées. Le toucher est par ailleurs sans reproches.

La 33S offre le choix entre les modes RPN et ALGébrique. Plus de raisons d’hésiter, l’afficheur visualisant les deux premiers niveaux x et y de la pile est le meilleur argument pour se lancer dans le mode RPN (Reverse Polish Notation).

Rappelons qu’en RPN, les 4 touches arithmétiques agissent de façon analogue à la touche de Racine carrée d’une calculette toute simple : on entre le couple de valeurs et on tape la touche de fonction arithmétique. Les deux lignes visualisant les valeurs entrées renforceront le ressenti de sûreté.

La HP 33S est affublée d’un gros défaut, impardonnable pour une calculatrice. Le point décimal porte trop bien son nom. Ce n’est qu’un point, minuscule, à la limite de la perception visuelle. De surcroît, le symbole de séparateur de milliers, censé figurer une virgule est si petit lui aussi qu’on peut le confondre avec le point décimal.

Il n’est pas exagéré de recommander une grande prudence lors de la lecture des résultats, en particulier pour les utilisateurs non pourvus d’une vision de lynx, ou en cas de faible éclairage. La grande sœur HP 35S possède un afficheur similaire, plus lisible cependant (voir plus bas).

La HP 33S est programmable (32 Ko). Son protocole de programmation, le même que celui de la HP 35S, est simple, clair, efficace. L’adressage indirect est géré. Et puisqu’on compare la 33 à la 35, signalons une rapidité de calcul presque 2 fois plus élevée pour la petite sœur 33 : le test du cumul des 360 sinus est exécuté en 37 secondes pour la 33, contre 54 secondes pour la 35.

Le clavier de la HP-33S possède la légende de la factorielle (x!), mais pas celle de la fonction gamma. Ces deux fonctions sont pourtant traitées par la même touche. Le résultat est celui de la factorielle si la valeur entrée est entière et supérieure (ou égale) à zéro, et celui de la Gamma dans tout autre cas. L’algorithme Gamma est-il seul aux commandes pour les deux fonctions ? Un algorithme factorielle est en principe fort différent de celui de Gamma. Le premier, simple, donne habituellement des temps de réponse proportionnels au nombre entré. Pour celui de gamma, nettement plus compliqué, le temps de réponse est indépendant de la valeur entrée. On note bien ici une manifeste proportionnalité des temps de réponse pour des valeurs x relevant du calcul de la factorielle (x entier ≥ 0). Tandis que les temps de calcul pour des valeurs non entières seront quasi identiques. Par ailleurs une singularité se rencontre à partir de la valeur entière 159, seuil où les temps de réponse deviennent dans tous les cas identiques.

Précisons enfin que l’utilisateur souhaitant connaître une factorielle tapera la valeur x (x entier ≥ 0) suivie de la touche x! tandis que s’il veut connaître la gamma il tapera x-1 puis la même touche x!.

Ci-dessous, les afficheurs des 33S et 35S. On voit que le point décimal de la 33 (en haut) est minuscule (moins de la moitié de la hauteur d’un pixel) et très proche du pixel voisin. La virgule qui sépare les milliers est à son tour à peine visible. On retrouve le même principe sur la 35S (en dessous), avec virgule et point cette fois plus épais.

Cela reste très petit mais ce qui ne pose pas problème sur la 35S est simplement rédhibitoire pour la 33S.

HP33S-3

CASIO GRAPH 100

CASIO_GRAPH1008

Cette calculatrice de haut de gamme CASIO me paraît importante, entre autres raisons, pour sa réussite esthétique. Et ceci n’engage que moi bien évidemment.

Il me semble qu’avec cette machine est atteint un aboutissement du concept de calculatrice graphique, apparu en 1986, avec la Casio FX-7000G.

Souvenons-nous que la FX-7000G tournait la page de l’ère « basic » en proposant des calculatrices à possibilités graphiques : afficher le tracé et l’analyse des courbes. L’aspect de la FX-7000G était étrange : un retour brutal à la verticalité, avec une hauteur impressionnante, quasi dérangeante, un écran très carré, et beaucoup de touches multicolores. Une gamme s’était rapidement constituée, avec la FX-8500G pour évolution ultime.

Puis arriva la FX-7700G qui présentait la première mutation esthétique importante, démontrant qu’une machine graphique pouvait être belle : cette fois le design incorporait naturellement l’écran (toujours bien carré) dans le prolongement du clavier.

Avec la GRAPH 100, le concept initial de la FX-7000 est abouti : ainsi la coque, d’un seul bloc, intégre de façon harmonieuse l’écran graphique qui semble enfin devenu rectangulaire, donc plus agréable à l’œil que le carré d’origine. On constate que la Graph100 possède un dessin pur et travaillé, avec des galbes discrets, quasi sensuels. Quel que soit l’angle sous lequel on regarde, l’œil est flatté. A titre de comparaison, la toute proche GRAPH 80 a un aspect autrement plus fruste et lourd.

Enfin, l’afficheur monochrome est de grande qualité : superbement fin, magnifiquement contrasté, et sans le moindre reflet.

 
CASIO_GRAPH100

TI-89 TITANIUM

TITANIUM

Lancée voilà maintenant plus de 25 ans, cette calculatrice haut de gamme que fut la TI-89 a bien marqué son époque et restait encore récemment commercialisée sous les traits de la TI-89 Titanium.

La révolution avait commencé en 1995 avec une machine d’aspect et de dimensions inhabituels. La TI-92 n’était pas seulement une calculatrice scientifique programmable, elle inaugurait le calcul formel, dans une présentation horizontale favorisant un large écran de grande définition et permettant une prise en mains étonnamment efficace.

La TI-89 en fut une traduction au format calculatrice plus conventionnel. Une machine davantage amie et complice de l’étudiant quand les plus récentes d’aujourd’hui me semblent devenues l’auxiliaire froid et sourcilleux du professeur.

Que dire de ses caractéristiques techniques, retrouvées intactes dans la Titanium ? Une puissance énorme, de très nombreuses fonctions mathématiques poussées. Et des capacités de programmation de premier plan. On peut tout programmer avec la 89, du plus simple au plus complexe, y compris en langage assembleur. Le langage TI-Basic est naturel et aisé à mettre en œuvre. Et une mémoire disponible vaste.

Un des points forts de la TI-89 est son écran, nettement plus défini que sur les modèles concurrents de l’époque HP-50G, SHARP EL-9900G, CASIO. Depuis l’arrivée des actuels écrans couleur, initiés par CASIO mais aussi des nSpire et HP-39GII, la 89 a cessé d’être la référence sur ce point.

Si la première TI-89 ne montrait pas une personnalité particulièrement affirmée dans sa présentation, la TITANIUM osera des formes rondes et indéfinissables. D’aucuns la trouvent laide, d’autres se préoccupent moins de l’aspect esthétique, pour ma part je la trouve magnifique. Une couleur brune claire en deux tons caractérise la plus ancienne, le ton brun brillant plus profond drapant la TITANIUM ultime de 2007.

La Titanium n’est pas la plus rapide des TI. La 83+SE de l’an 2000 par exemple l’était presque 4 fois plus. Deux tests de vitesse de calcul pratiqués au sein de la famille 89 sont proposés ci-dessous.

La Titanium est une machine impressionnante en mains : Grandes dimensions, écran défini et supérieurement contrasté. Un clavier aux touches travaillées au toucher excellent. Une interface de navigation agréable elle aussi.

Un seul défaut selon moi, l’écran trop petit, où les minuscules caractères requièrent de bons yeux. La famille 89 est il est vrai la version « de poche » de la TI-92 dont l’écran est naturellement plus confortable.

Ci-dessous, la TI-89 dans sa version tardive et européenne de 2003 avec coloris spécifique et invite d’accueil retrouvée plus tard sur la Titanium. Ce modèle fut aperçu dans les rayons français de cette époque. Je pense qu’il était inscrit sur les emballages « Edition spéciale » ou « Special edition » car j’ai continué à l’appeler ainsi alors que je réalise que ce nom ne se rencontre ni gravé sur la machine ni dans les manuels de TI-89. Il est vrai que je ne dispose pas du manuel livré avec l’édition européenne. Il m’est parfois arrivé de lire ce terme sur Internet voire l’abréviation TI-89 SE. Cette appellation est donc un petit mystère …

 
La TI-92, sortie dans sa toute première version en 1995. Une machine totalement nouvelle pour l’époque.
 
Une échelle du temps montrant les dates de lancement des différents visages de la 89/92, avec une n’SPire qui pointe son nez en 2006

La TI-Titanium de couleur sombre est-elle plus rapide que la Titanium claire ? Et qu’en est-il des anciennes TI-89 ? Le tableau ci-dessous donne un chronométrage des 4 évolutions matérielles qu’on retrouve dans cette famille de machines : HW1 à HW4. On s’attend à trouver la plus ancienne TI-89 sur la marche la plus basse du podium. C’est bien le cas. Pour les 3 autres évolutions, ce sera plus subtil, avec une Titanium sombre dépassée par l’ancienne plus claire. Et une 89 « Edition Spéciale » d’antan qui arrive en tête des deux tests.

Autre test, consistant en l’exécution d’un programme simple sur la base de calculs trigonométriques sur les valeurs 1° à 89° pour le mode approximatif, 1° à 12° pour le mode de calcul exact. Le rang de sortie est le même que pour le premier test.

SANSHI SS-508

SANSHI

Etrange calculatrice en provenance directe de l’Empire du Milieu, la Sanshi s’est inspirée de l’univers Sharp de toute évidence. En témoignent les légendes TAB, F-E, COMP, le jaune de la touche 2nd

L’afficheur est inédit. De très beaux digits, des indicateurs rassemblés sur la gauche, un signe MOINS surbaissé, le point décimal aussi …

Les dimensions sont exactement celles de la SHARP EL-556, et l’habillage est là aussi métallique. Mais plutôt en fer blanc, très réfléchissant, surtout au dos, ce qui fait assez toc.

Les légendes de touches n’ont rien de mystérieux. Et plutôt peu de fonctions pour une machine d’aujourd’hui. Question rapidité de calcul et précision, c’est très moyen. Une consolation, le prix : j’ai payé cette machine neuve 0,01 dollar !

LEXIBOOK SC700

LEXIBOOK-LC700

Il peut arriver, lors de grands moments de solitude, de craquer pour une chose de ce genre …
 
Fin novembre 2010, je suis en déplacement en région parisienne. Le soir venu, j’erre seul dans les allées d’un grand centre commercial de NOISY-le-GRAND en attendant l’heure du dîner.
 
Il est 18 heures à peine, beaucoup trop tôt. Je pourrais aller voir un film au cinéma en attendant … Bof … rien ne me tente.
 
Je perds volontiers du temps dans les rayons du Carrefour local, traîne dans le secteur des calculatrices, y vois cette LEXIBOOK qui ne souhaite pas y demeurer une heure de plus.
 
Son aspect est très bon marché, elle est munie d’un exotique anneau porte clé en plastique. A priori je ne suis pas tenté. Sauf que j’y vois la touche PROG. Elle doit donc être programmable. Alors Pourquoi pas ?
 
Et donc pour à peine plus cher qu’un billet de cinéma, je sors du magasin avec ce nouvel objet à explorer. Je me présente à l’entrée du resto à proximité qui accepte de m’accueillir bien qu’il soit encore très tôt.
 
Et voilà qu’entre le tartare de tomates au thon et le steak frites, je vais tenter pendant 20 minutes de scier aussi discrètement que possible l’épais blister avec mon couteau à viande. Je finis par en venir à bout et en sors avec respect l’objet que je trouve finalement magnifique, le plastique est noir brillant, les touches multicolores.
 
Pensant avoir entre les mains un des nombreux clones de CASIO, je tente d’entrer un programme. Cela ne marche pas. Certaines fonctions de programmation semblent absentes. Le clavier est peu lisible, les touches sont minuscules, les légendes encore davantage.
 
Je dois m’aider du petit mode d’emploi. Hélas, point de mode programmation ici, juste une mémorisation de formules. Dommage.
 
L’exploration continue, ponctuée de visites du sympathique serveur. La SC700 est une scientifique très complète offrant beaucoup de fonctions notamment pour les statistiques et les probabilités.
 
L’afficheur est très agréable. L’écran est un Entrée-Sortie avec police 5X7 en entrée, et 7 segments en sortie. Et sur le plan de la rapidité et de la précision, rien de bien folichon … Un modèle bon marché, pour des prestations modestes.
 
Reste le souvenir d’un repas acrobatique … Tiens je ne me souviens plus du dessert …
 

HP 39GII

Une très intéressante HP-39GII sortie en 2012 annonçait la HP Prime, sortie l’année suivante et qui l’a depuis quasiment totalement éclipsée.

Le nom de 39GII ne cache pas sa filiation avec l’originelle HP-38G de 1995, machine lente au langage de programmation compliqué et peu documenté. La 38G, première machine de HP à logique exclusivement algébrique, avait été suivie des 39G, 40G, et plus récemment des 39 GS et 40GS. Les plus récentes évolutions abandonnent le processeur Saturn pour une technologie ARM. La vitesse décolle …

Quelle évolution nous apporte la 39GII ? Un écran hautement défini (256 X 127 points) en premier lieu. Quoique sombre sous faible éclairage, sa finesse permet l’affichage de détails inaccessibles aux TI-89, HP-50G ou CASIO Classpad 300. Mais il est vrai que d’autres écrans HD ont vu le jour récemment, chez les Ti N’SPIRE, puis dans sa version couleur CX, couleur également pour les CASIO Prizm, Ti-83CE, mais pas pour la 39GII, qui demeure en niveaux de gris, sans rétro éclairage.

La révolution, c’est aussi une vitesse de calcul inédite. La HP-39GII pulvérise les chronos, notamment ceux de la Ti N’SPIRE longtemps référence sur ce point. Seule la Prime fera mieux encore.

Ce n’est pas tout. La 39GII possède un nouveau langage de programmation. Plus que le langage lui-même, hérité des 38G, c’est la décision de le pérenniser en l’enrichissant qui constitue l’innovation. La nouvelle Prime sera d’ailleurs programmable exclusivement sous ce langage. La page du RPL, et ses HP 48, 49 et 50 se voit quant à elle refermée.

La HP-39GII est une graphique puissante. Pas autant que la Prime ou la HP-50G car elle revendique l’entrée de gamme graphique. Elle ne dispose pas de fonctions de calcul formel. Le catalogue de fonctions mathématiques est cependant très riche, avec une aide (fonction Help) en français précieuse.

L’alimentation de la machine constitue un point particulier. Alors que d’autres ont choisi la batterie rechargeable pour nourrir leurs machines modernes à écran couleur rétro éclairé, ici seules 4 piles AAA suffisent. Et encore, avec seulement 3 piles la machine accepte de fonctionner. Et même avec 2 ou 1 ! La 39GII est capable de moduler ses efforts (et donc sa vitesse) en fonction de l’énergie disponible. C’est unique.

La ligne de la machine est désormais connue. On l’a rencontrée dans les financières HP-20B et 30B, et aussi dans la Smartcalc 300S. Les courbes, la couleur blanche font de la 39GII une belle machine, peut-être un peu épaisse (30 mm).

Le clavier a un toucher un peu déroutant – décevant ? – qui produit des petit clics assez peu mélodieux. Sa fiabilité ne semble pas en cause.

Aujourd’hui, le haut de gamme HP Prime a pignon sur rue et a déjà fait oublier au plus grand nombre – y compris le constructeur qui a très tôt arrêté de publier des mises à jour – les caractéristiques vraiment originales de la HP-39GII.

 

LEXIBOOK GC2000

LEXGC2000

La LEXIBOOK GC2000, produite en 2003 a longtemps hanté les rayons des hypermarchés, notamment au moment des rentrées des classes. Elle sera plus tard remplacée par la GC2200 qu’on voit encore parfois, bien que techniquement identique à la 2000 (dans sa version programmable).

Calculatrice « budget », la GC2000 se veut une machine pas chère, à l’aspect un peu brut, et aux légendes de touches qui nous transportent 20 ans en arrière.

La GC2000 évoque au premier coup d’œil l’univers des CASIO graphiques de première génération, peut-être à tort (mais n’anticipons pas). Quand on retourne le blister, les fonctionnalités proposées apparaissent effectivement dépassées : programmable, mais à raison de 1110 pas seulement, répartis en 10 zones ne pouvant dépasser chacune 111 pas. Les instructions sont par ailleurs celles de la CASIO-7000G de 1986. Et encore, point ici de possibilité de placer les instructions sur des lignes différentes. Elles s’écrivent l’une à la suite de l’autre, séparées par des deux-points, donnant au texte du programme l’air d’un gros pâté peu lisible. Les fonctions de calcul apparaissent tout juste suffisantes en regard de la production actuelle.

La GC2000 est pourtant une machine originale, contrairement aux apparences. On le voit dès l’appui sur la touche ON. Des pavés de menus d’aspect inconnu sont proposés. On choisit le mode COMP pour démarrer les calculs et l’affichage a alors un drôle d’air, ceci en raison d’une police à 6 X 7 points, quand la règle est de 5 X 7, voire 5 X 9. Cette police montre des caractères à la physionomie originale.

L’écran est par ailleurs sans défaut : bien contrasté et défini. Autre caractéristique que l’on remarque vite : une grande rapidité d’exécution. Si cette machine de 2003 a été depuis rattrapée par les machines concurrentes de nouvelle génération, elle était à son époque une véritable fusée. Rien dans la documentation ne fait état de ces performances que l’utilisateur ébahi découvrait par lui-même.

Autre bonne surprise, moins visible mais bien réelle : une excellente précision de calcul due à 16 chiffres internes (sur 10 affichés).

La présence d’une électronique spécifique est aussi mise en évidence par une capacité de calcul bizarrement limitée à <1E99, quand la majorité des machines atteignent au minimum <1E100. Autrement dit, le plus grand nombre manipulable est 9.999999999 E98. Un message d’erreur s’affiche pour 1 E99.

Machine agréable, disposant d’un afficheur généreux et d’un processeur rapide, il manque à la GC2000 les touches de fonctions F1 à F6, implantées sur la plupart des calculatrices graphiques depuis bon nombre d’années. Ici, cette absence est palliée par des invites à converser au moyen du pavé numérique, c’est fastidieux et peu naturel.

Dernier bémol, le clavier de la GC2000 est imprécis et peu agréable. La disposition des touches est en revanche bien étudiée, avec les fonctions souvent utilisées très accessibles (touches Graph, Range, G-T, Trace …) mais pas de touche X dédiée (il faut aller chercher le X alphabétique, comme sur l’ancienne CASIO FX-7000G de 1986).

Et un atout supplémentaire, la légèreté, la Lexibook GC2000 pèse le poids plume de 150 grammes, avec ses deux piles AAA + CR2032 X 1.

En conclusion la LEXIBOOK est une calculatrice étrange, limitée et d’un autre âge sur bien des points, mais moderne sur d’autres. Elle tient ses promesses et réserve de belles surprises qui rendent définitivement ce modèle à vocation économique très sympathique.

LEXGC20002LEXGC20003

HP-50G


La puissante calculatrice graphique HP-50G est longtemps demeurée le fer de lance de HP. L’arrivée de la HP-PRIME, résolument différente, n’a pas complètement déclassé cette puissante machine très appréciée.

La HP50G est une calculatrice extrêmement affûtée. Quels sont ses atouts ? une mémoire vaste, un processeur rapide (même si la HP-Prime la laisse désormais sur place), un afficheur généreux et contrasté, un excellent clavier, et les fonctions jusqu’alors les plus nombreuses jamais implémentées sur une machine. N’oublions pas le puissant langage RPL symbole de toute cette famille de calculatrices graphiques HP depuis la HP-48SX.

On peut ajouter une parfaite connectique, des capacités de programmation énormes, et l’héritage logiciel de toute une génération de machines depuis la HP-48SX de 1990.

On présente généralement la 50 comme la version « définitive » et corrigée de la HP-49G-PLUS. On reproche souvent à cette dernière un clavier de qualité moyenne. Par expérience, je peux témoigner que ma 49Gplus (exemplaire probablement tardif) possède un clavier au toucher proche de celui de la 50, quoique que plus bruyant cependant. La vitesse de calcul des deux machines est identique. La 50G exige par contre 4 piles AAA, contre 3 pour la 49GPlus.

La HP50G reprend en série la librairie de programmes de base héritée des HP-48G.

LEXIBOOK GC700Z

LEXIBOOK

La ligne de cette calculatrice est représentative de Lexibook : un design ultramoderne, des touches rondes, un anneau porte-clés, une couleur vive.

Pourtant les fonctionnalités sont classiques, voire archaïques car il s’agit probablement là d’un des nombreux clones de CASIO graphiques de la première époque (fin des années 80).

La Lexibook possède par ailleurs un module de tracé graphique. Mais cependant minuscule, en particulier rapporté au nombre des pixels, de taille plutôt grossière.

Ce qui n’empêche pas cette calculatrice d’être agréable à manipuler. Les fonctions sont très nombreuses, la programmation, à l’ancienne, est complète et n’appelle pas de remarques.

Il existe cependant un point sur lequel la Lexibook révèle une supériorité inégalée : la précision. Elle calcule avec une très grande quantité de chiffres internes (+ de 70 ?) et semble allergique à toute idée d’approximation. Ainsi, c’est la seule machine passée entre mes mains qui retourne un résultat exact au test Forensics. Même la CANON F-720i, précise à 20 chiffres, ne fait pas aussi bien. Cette dernière travaille en représentation binaire des nombres et non dans le « décimal codé binaire » habituel des calculatrices. Il est plausible que le Lexibook en fasse autant.

Mes remerciements à kweeky

SANDVIK COROMANT

SANDVIK

SANDVIK COROMANT est un familier des calculateurs spécialisés dans le domaine des outils tranchants.

C’est le cas de celle-ci, qui met à la disposition des utilisateurs une solide bibliothèque de programmes.

Cette petite calculatrice dispose aussi d’un mode de calcul « normal« , très agréable à utiliser. On y découvre les fonctions trigonométriques, la constante PI, les puissances, et quelques conversions d’unités. Pas de notation avec exposant cependant.

Calculatrice peu ordinaire, dotée d’un afficheur peu commun : Une dalle graphique dessinant des digits en 12X7 points ! Les fonctions appelées sont clairement affichées sur l’écran lors du calcul.

Bonne rapidité, très bonne précision, il est juste dommage que le toucher du clavier soit dur et peu précis.

SANDVIK-2SANDVIK-3

CASIO GRAPH 25+ PRO

CASIO25

Cette machine toute bleue constitue l’entrée de gamme graphique chez CASIO, juste avant la Graph 35+.

Elle reprend nombre de caractéristiques de celle-ci, dont la rapidité et l’excellente précision.

L’afficheur est plus petit ce qui est dommage mais le contraste reste très agréable. Et là aussi, parmi les fonctionnalités de programmation, on retrouve la gestion des chaînes de caractères.

Une belle machine au maniement agréable, mais pas autant selon moi que la 35+ plus généreuse.

CASIO FX-JUNIOR – CASIO FX-220

CASIO-JUNIOR-2

Plusieurs articles ici évoquent une classe de calculatrices qui furent répandues dans les années 70 : les semi-scientifiques.

Ces machines s’intercalaient entre la calculette 4 opérations de base et la calculatrice scientifique dotée au moins de fonctions trigonométriques et logarithmiques.

Les fonctions communes aux semi-scientifiques : la racine carrée bien sûr, l’élévation au carré, l’inverse, PI, parfois les parenthèses, l’échange des registres X-Y, le changement de signe …

Si on en croit la mention apposée sur sa boîte, la CASIO FX-Junior serait une calculette destinée aux écoliers de classes de CM2. Je propose de regarder aussi la Junior comme la digne représentante des vaillantes semi-scientifiques d’antan.

Car la FX-Junior est bien une machine extrêmement pratique pour un usage quotidien, et pas seulement celui d’un écolier. Légère, minuscule et bien plus puissante qu’une calculette 4 opérations.

Outre les fonctions énumérées plus haut, la Junior traite les Puissances, la division euclidienne, les fractions, et elle dispose même de 2 touches programmables, permettant l’enregistrement et l’exécution à la demande d’une séquence de touches.

Et non contente d’offrir le confort d’un afficheur à 10 positions, la notation avec exposant est gérée. La FX-junior est une calculatrice à avoir toujours sur soi !

Plus bas, la grande sœur de la Junior, la FX-220, sous le nom ici de SCIENTIFIC 08, dénomination du magasin AUCHAN. Sous un aspect identique à la Junior, débarrassée de la discutable couleur vert grenouille, la FX-220 est une scientifique complète et minuscule, sans rien de très pittoresque, exceptée la belle précision due à ses 15 chiffres internes.

CASIO-JUNIOR

CASIO FX-992S

Une calculatrice CASIO scientifique à 12 chiffres, ce n’est vraiment pas courant.

La CASIO FX-992S est une machine jolie, regorgeant de fonctions scientifiques, mais affublée d’un système d’entrée des données, appelé VPAM, peu convaincant de mon point de vue, en raison de son caractère hybride. Le VPAM se rapproche du maniement d’une machine graphique, avec des réactions qui rappellent une calculatrice classique à calcul en chaîne.

L’idée est de permettre à l’utilisateur de taper une fonction, et même une proposition comme on la lirait sur le papier. L’ennui, c’est que les fonctions se notent par convention soit devant, soit derrière la valeur. Ainsi, les symboles d’élévation au carré, de factorielle, d’inverse sont derrière, ceux de racine carrée, de sinus, de logarithme sont devant. Celles derrière lancent le calcul à la pression, celles devant, ne pouvant deviner la taille du nombre à entrer, ont besoin d’un ÉGAL final. Cela fait brouillon et demande une bonne habitude pour taper sans s’agacer. Les concurrents tentés par ce mode « naturel » n’ont pas fait mieux.

A noter que la CASIO rappelle de façon alphanumérique, en haut à gauche de l’afficheur, le nom de la dernière fonction sollicitée et seulement celle-ci. Si l’on tape une proposition plus longue, celle-ci ne sera pas visualisée dans son intégralité et se limitera à la dernière touche tapée. Le résultat final sera pourtant celui de l’exécution de la proposition demandée. Concrètement, si je tape √√√65536, le seul dernier tapé sera affiché, le résultat correct 4 sera affiché après ÉGAL.

Le CASIO FX-992S est une très bonne machine, précise (14 chiffres de précision interne), puissante (statistiques à deux variables, régression linéaire, mode complexe, travail sur les bases de numération. Quant à son mode d’alimentation, il est constitué d’une cellule solaire couplé à une pile interne, pour une longévité « éternelle ».

CASIO FX-5800P

CASIOFX5800P

Une CASIO actuelle sans la moindre vocation scolaire, voilà qui est original.

Qu’a-t-elle de spécial cette 5800 ? Contrairement aux apparences, elle ne dispose d’aucune fonction de tracé graphique. Son couvercle intégré la destine à la poche d’une veste. Mais de quel professionnel ? Pas un financier, plutôt un ingénieur …

La CASIO FX-5800P est une scientifique pointue, intégrant une large bibliothèque de formules physiques interactives, avec affichage naturel des formules.

Elle offre aussi le calcul sur les bases de numération, les nombres complexes.

La programmation est un point fort de cette calculatrice. 28 Ko de mémoire pour y loger des programmes écrits dans la pure tradition du langage Casio, né en 1985 avec la FX-4000P. Pas de gestion de chaînes de caractères, c’est dommage, mais des structures de boucles inusitées sur l’aînée 4000P.

Très élégante calculatrice dans son design général, l’afficheur est en revanche peu défini, les pixels sont assez grossiers. On peut aussi mentionner la qualité de construction dont semble avoir bénéficié ce modèle, notamment le clavier à l’excellent toucher.

Concernant l’afficheur : je lui trouve une étrange parenté avec celui de la HP SmartCalc 300 S, et aussi la Citizen SR-270 College. HP et CASIO s’abreuvant à la même fontaine ?

Machine aussi rapide et précise que la CASIO FX-7000G de … 1986. Mais un appétit d’oiseau : une seule pile AAA pour animer la bête !

Conclusion : design réussi, vocation professionnelle, usage scientifique, programmable de grande capacité, afficheur généreux, performances banales, prix élevé. Une CASIO pas ordinaire.

HP SMARTCALC 300S

HP300S

Les HP d’aujourdhui ressemblent parfois à cette SmartCalc ou à la HP-30B ou encore HP-20B voire en en plus gros HP-39GII

Cette esthétique nouvelle ne se laisse pas photographier facilement, l’œil ne sait pas trop comment interpréter les courbes sur les images.

La SmartCalc est un scientifique de 47 touches. Le plastique très dur qui la recouvre lui donne rigidité et homogénéité.

Contrairement à la 20B, machine rapide et novatrice, la 300S est conventionnelle : capacité maximum en calcul de <1E100, 10 chiffres (13 en interne), 6 mémoires quand même.

Calculatrice solaire, écran de type entrée-sortie entièrement en matrice de points, les fonctions correspondent au minimum attendu aujourd’hui sur ce segment. Une dernière comparaison avec la sœur financière (et aînée) HP-20B : le clavier de la 300S est précis et net. Ce n’est pas toujours le cas de ma 20B … Et question rapidité, nous sommes loin du processeur de course de la 20B.

Un artifice de design : le centre du pavé directionnel se comporte comme un vrai miroir ! on se voit dedans …

CASIO FX-50 PLUS

Les calculatrices programmables munies d’une alimentation solaire sont rares.

On peut en conclure que la technologie solaire n’est implantée que sur les machines à « sollicitation légère ». Les programmables, et surtout les calculatrices graphiques en sont généralement dépourvues.

Les cellules ont pourtant fait des progrès. Elles savent depuis longtemps se contenter d’une surface réduite, comme c’est le cas ici. Ici le dispositif solaire est complété par une pile bouton de type LR44.

La CASIO FX-50+ est donc programmable. La capacité de 680 octets n’est pas énorme, en regard du gigaoctet tous azimuts de notre époque, mais pas négligeable du tout. D’autant que la mémoire, divisée en 4 zones indépendantes permet d’héberger quatre programmes différents.

Les fonctionnalités de programme sont les grands classiques d’aujourd’hui : des boucles de toutes sortes, mais pas de gestion des caractères (le Basic est loin). L’alphabet disponible se limite à une dizaine de caractères, ce qui prive de la possibilité d’insérer des messages toujours utiles d’entrée et de sortie.

Doit-on regretter les calculatrices programmables toutes puissantes d’antan ? les Casio FX-602P, les HP-42S … A moins de considérer que la programmabilité des calculatrices a évolué et mûri au cours du temps.

Ainsi l’ancienne TI-59 était pensée comme un véritable ordinateur individuel. Le manuel présentait de façon dogmatique les sauts conditionnels, les sous-programmes, l’adressage indirect, les indicateurs binaires …

A cette époque l’informatique familiale prenait forme et les ordinateurs faisaient encore route commune avec les calculatrices. Le point culminant fut l’avènement du Basic, langage commun aux machines de tables et de poche.

Puis les calculatrices (du moins de classe moyenne) s’éloignèrent progressivement de la sphère informatique.

Aujourd’hui, une calculatrice comme la Casio FX-50+ (ou encore la Sharp EL-5250) dispose d’un module de programmation dont l’objet est plus l’aide à la résolution de problèmes répétitifs simples que d’empiéter sur le terrain des ordinateurs. Ce qui n’empêche pas les grosses calculatrices graphiques de proposer encore des langages très puissants (HP-50G, TI 89, HP Prime … ). Il est à noter que la toute première génération des TI nSpire a montré, à tort ou à raison, une volonté de penser la programmation autrement, voire de la supprimer purement et simplement (c’était le cas dans les tout premiers modèles de nSpire (les prototypes ?), les suivants ayant par la suite intégré un module de programmation, restant cependant à l’écart du domaine graphique).

Recentrons-nous sur la CASIO FX-50+, scientifique complète comme on les aime en 2010. Elle dispose de vastes bibliothèques de constantes et d’équations pré-programmées faciles à mettre en oeuvre.

L’afficheur est généreux et bien contrasté. Il est de type Entrée/Sortie, avec une belle ligne supérieure très lisible.

Un petit reproche : on ne peut mettre en marche par la touche AC. Il faut aller chercher le ON tout en haut à droite. Pourtant le OFF est bien sur AC, alors pourquoi pas le ON ?

On l’aura deviné : rien de grave.

SHARP EL-W516

Une version EL-516 de 2010.

Elle possède la fonction d’affichage naturel, qui permet le rendu du résultat tel qu’on l’écrirait sur le papier et facilite les entrées nécessitant plusieurs paramètres.

Un mode DRILL qui permet l’entrainement au calcul mental, à l’aide de devinettes de niveau réglable, du genre 24 X 18 = ?

Par ailleurs, un dispositif plus pratique qu’on le penserait tout d’abord : les 4 touches de raccourcis D1 à D4. Elles servent à mémoriser une fonction, permettant ainsi la frappe en une seule touche de fonctions normalement accessibles après plusieurs appuis. C’est pratique dans le cas d’utilisations répétitives, mais aurait pu être plus ambitieux si on avait pu accoler plusieurs fonctions.

HP-30B

HP30B

Grande soeur de la belle HP-20B, la HP-30B est une calculatrice financière programmable moderne.

Design élégant, nombreuses possibilités financières et scientifiques, la HP-30B partage au moins deux caractéristiques avec sa petite sœur : le choix entre une logique RPN ou algébrique, avec ou sans priorités. Ainsi qu’une incroyable rapidité.

Si un tel moteur de course est moins utile pour une 20B non programmable, il en va différemment pour la HP-30B.

Ainsi, soumise à un test de rapidité, la HP-30B pulvérise tous les résultats obtenus par les autres machines du moment qui me sont passées sous la main (*). Cependant, quel dommage que les capacités de programmation soient si limitées : seulement 300 pas mémorisables. Une misère à une époque où on compte en giga-octet.

Un vrai regret, les fonctions de programmation ne sont pas gravées sur le clavier. Pour les visualiser, il faut apposer u masque en cellophane que je trouve peu pratique. Il n’y a pourtant pas tant d’ordres de programmation.

Les HP-30B et HP-20B sont pourvue d’un port de branchement par lequel il est possible d’importer un firmware de substitution. Ainsi la WP-34S, création d’une équipe d’informaticiens passionnés et inspirés, sublime la sage financière HP-30B en une calculatrice scientifique programmable de rêve, d’une puissance inégalée.

(*) ajout de 2017 : Depuis, les HP-39GII et Prime sont arrivées et font encore mieux sur ce plan.

CASIO PRIZM FX-CG10

PRIZM-2

La Prizm de Casio est la première calculatrice à écran couleur haute définition.

Casio avait déjà conçu voilà quelques années des écrans 3 couleurs pour certaines de ses machines. Initiative originale non suivie par la concurrence, et abandonnée par Casio après quelques années.

L’œil de 2010 est largement habitué aux écrans fins et colorés, ceux des GPS, des smartphones … Il était temps de tenter aussi la HD couleur pour les calculatrices.

Jusqu’à présent la contrainte de portabilité, donc l’autonomie, n’encourageait pas un tel dispositif, réputé dévoreur d’énergie, d’autant qu’il pouvait sembler peu crucial, s’agissant d’afficher des nombres ou des courbes simples.

Et à l’usage en effet, l’utilité de la couleur de la Prizm ne semble pas providentielle, même si l’agrément d’utilisation est bien présent.

En revanche la haute définition apporte un confort et une modernité incomparables. Dorénavant, les menus ne sont plus grossièrement pixelisés, de nouveaux témoins font même leur apparition.

Le tracé d’une courbe est extraordinairement fin et précis. Quelques minutes passées en compagnie d’une PRIZM suffisent à démoder méchamment une simple Casio Graph 35+ à écran traditionnel.

Et une bonne nouvelle, la consommation, et donc l’autonomie de la PRIZM se révèlent bien maîtrisées. Et ce malgré le rétroéclairage quasi permanent.

Les performances de vitesse et précision de calcul sont identiques aux toutes dernières CASIO (excepté l’affichage de points qui se montre lent). Les fonctionnalités sont traditionnelles, la PRIZM n’est donc pas une calculatrice aussi puissante que les Ti-89 ou HP-50G. En contrepartie l’utilisateur ne sera pas déconcerté par le maniement de cette machine, au design par ailleurs novateur.

En conclusion : La Prizm me parait être une réussite : un afficheur couleur HD sublime, un design travaillé et inédit, un bon toucher de clavier, une machine simple et rassurante à utiliser.

Une page vient de se tourner et cette fois la concurrence emboîte le pas. Texas-Instruments a en effet sorti récemment une réplique, la Ti N’spire CX, avec écran HD couleur. Le progrès est moins brutal car la N’Spire bénéficiait déjà d’un écran très défini, mais noir & blanc.

Espérons que d’autres modèles vont maintenant surgir …

Ajout du 13.09.2017. Quelques années après la rédaction de cet article, la remplaçante 90+ de la Prizm vient d’entrer dans les rayons. Texas-instruments a produit entretemps la Ti-84C, remplacée elle aussi depuis par la fine Ti-83 Premium CE, tandis que HP sortait la Prime. La piste de la couleur n’a pas été abandonnée, elle est désormais dans les rayons ! 

Comme on le voit ci-dessous, l’expression « écriture naturelle » est bien à prendre ici au pied de la lettre.

PRIZM-8
PRIZM-1

Un tableau périodique des éléments de premier ordre
PRIZM4
PRIZM-3

 

CANON F-720i

 

Les calculatrices scientifiques CANON ne sont pas toujours faciles à trouver en France.

Celle-ci a été achetée en Finlande en 2009, dans un des grands centres commerciaux de la capitale.

La 720i est une scientifique très complète, et ultra précise (précision interne d’une vingtaine de chiffres). Nous trouvons dans la 720i un système de représentation des nombres original, pas unique cependant. Il s’agit de la représentation binaire, rencontré sur la HP-30S et quelques rares autres machines, quand l’immense majorité des calculatrices travaillent en « décimal codé binaire ». Dans ce dernier mode, chaque chiffre constitutif d’un nombre se voit individuellement codé en binaire puis recodé en décimal après calcul. Une machine purement binaire peut faire surgir des bizarreries, comme ici la valeur PI exprimée par 20 chiffres corrects puis une suite de chiffres faux.

Admettons bien volontiers que les chiffres de garde n’ont pas vocation à être révélés par une recherche délibérée, mais sont plutôt là pour travailler à la meilleure précision de calcul possible. Le contrat est respecté mais ces bouts de nombres bizarres peuvent néanmoins faire désordre.

Enfin, une caractéristique visuelle souvent rencontrée chez le constructeur : des chiffres droits et non italiques.

HP-49G+

Très belle machine, remplaçante de la HP-49G.

Début des années 90, HP lance les HP-48, d’abord les S puis les G. En 1995 apparaît la limitée et compliquée HP-38G. Puis plus rien pendant une éternité. A l’aube de l’an 2000, Hewlett-Packard se réveille et lance sa magnifique bombe bleue HP-49G. Celle-ci se révélera handicapée par plusieurs défauts de conception : disparition du port infrarouge, mode RPN placé en secondaire, clavier dur, touches gomme pas toujours appréciées, afficheur recouvert d’une fenêtre de protection vulnérable aux reflets et aux rayures, machine plutôt lente.

HP n’a pas dit son dernier mot. En 2003 la 49G + est lancée et, sous un aspect plus classique que son aînée, de livrée dorée, elle en corrige tous les défauts : la 49G+ est maintenant animée par un processeur moderne ARM émulant le processeur Nec Saturn d’origine. Elle est donc cette fois rapide. L’écran est un modèle de contraste, de douceur, sans reflets. Le port de communication infrarouge est de retour, le mode RPN est ramené au premier plan, et le clavier est enfin bon (mais un peu bruyant, la future HP-50G fera mieux).

Cette calculatrice est donc une bombe : scientifique surpuissante, possibilités de programmation limitées par la seule imagination, connectique, sauvegarde par carte SD, vélocité, agrément d’utilisation … Et j’oubliais le compartiment des piles, enfin rationnel, comme savent d’ailleurs le faire les concurrents depuis longtemps.

Le langage RPL, à l’instar du moteur Boxer de Porsche, est incontournable pour toutes ces machines. Puissant, très original, bâti sur une symbiose serrée avec la pile opérationnelle fleuron de HP, beaucoup l’apprécient pour sa puissance et sa souplesse. D’autres peuvent le trouver peu intuitif, peu aisé à relire et particulièrement exigeant sur le niveau de pratique de l’utilisateur. En pratique, un ordinateur muni du kit de connexion se révèle un bon moyen pour concevoir un programme un peu lourd qu’il suffit d’injecter ensuite.

A noter que la 49G+ est déjà une ancienne. Avant l’avènement récent de la HP Prime, la calculatrice phare de la marque sera longtemps la HP-50G, machine grandement similaire à la 49+, de couleur sombre, avec un clavier cette fois de qualité ultime, un port de connexion de plus et la librairie mathématique de la HP-48G.

CASIO FX-9750 II

 

CASIOFX9750

Vendue en France sous l’appellation Graph 35+, cette CASIO de l’époque 2010 était d’une utilisation très agréable.

A noter que CASIO renonçait enfin à la couleur verte des modèles français. La 35+ était immaculée, d’où ressortait un écran superbement contrasté et sans reflet.

Tout comme la Graph 85, calculatrice rapide comme l’éclair, la 9750 II était véloce. Le langage de programmation permettait désormais de traitement, notamment le stockage des chaînes de caractères.

Pas de calcul formel pour ce modèle de milieu de gamme. Et pas encore de mode examen, ni de mode python, mais le numéro 35 connaîtra bientôt ces évolutions.

HP-35S

Tel un hommage rendu à la toute première calculatrice scientifique de l’histoire, HP a lancé à partir de 2007 cette belle HP-35, avec un « S » cette fois.

La HP-35S, comme son aînée est une scientifique animée par une logique de calcul postfixe. Les fonctions sont bien plus nombreuses et la programmation est disponible (une mémoire disponible de plusieurs Kilo-octets).

Texas-Instruments TI-84 C

TI84C

En 2011 sortait la CASIO PRIZM. Une page se tournait dans l’histoire des calculatrices. Rappelons que la PRIZM fut la première calculatrice dotée d’un écran haute définition couleur, tel celui qu’on trouvait depuis des années sur les téléphones portables, les GPS …

Pendant tout ce temps, les calculatrices n’avaient eu droit qu’à quelques niveaux de gris et de gros pixels, voire l’écran aux trois couleurs pâles signé par Casio dans les années 90. Plus récemment, des écrans mieux définis étaient apparus : les CASIO Classpad 300, TI-89 et surtout TI nSPIRE. Mais la PRIZM apportait une richesse inédite de couleurs, et une plus grande définition encore.

Aujourd’hui en 2013 qu’en est-il ? La page est-elle réellement tournée ? Les écrans HD couleur ont-il supplanté les gros pixels N&B ?

Une chose est claire, la PRIZM a fait école. Du moins dans le secteur du haut de gamme : Texas-Instruments n’a pas tardé à présenter sa TI N’SPIRE CX dotée d’un magnifique écran couleur. Puis ce fut le tour de HP de présenter son premier écran haute définition, avec sa 39GII d’une redoutable finesse.

Plus récemment, le CASIO CLASSPAD II (CP-400) est arrivé. HD couleur lui aussi, et tactile, ce qui colle bien à l’air du temps. (Mais n’oublions pas que le CLASSPAD I précédent était déjà tactile). A ce jour l’ultime création HD couleur vient de s’incarner avec la HP-Prime. Et ici aussi, l’écran est tactile.

Qu’en est-il du bas de gamme ? Point de révolution ici. Nous avons toujours affaire, et sûrement pour un bon moment, aux pixels traditionnels. Ils ont l’avantage de consommer peu d’énergie. Et de fonctionner sur piles classiques. Car l’inconvénient des écrans HD couleur est la consommation. TEXAS-INSTRUMENTS et HP (pour sa PRIME) ont pallié le problème en équipant leur machine d’une batterie rechargeable, procédé économique en cas de consommation élevée (la nSPIRE épuise sa batterie en quelques jours d’utilisation régulière, or les piles ont un coût). En revanche des batteries spécifiques, à durée de vie limitée, ne se trouveront peut-être plus dans quelques années, contrairement aux piles classiques. Et donc HP-PRIME ET TI nSPIRE n’auraient dans ce cas d’autre destin qu’être jetées prématurément.

En marge des modèles phares ci-dessus cités, on note tout-de-même chez TEXAS-INSTRUMENTS une volonté d’étendre la technologie HD Couleur à quelques modèles de milieu de gamme. C’est le cas de la TI-84C Silver Edition. A quel public se destine-t-elle ? Son écran est réellement magnifique. Lors d’un tracé cependant, la fenêtre se voit significativement réduite. Et la vitesse de tracé est indéniablement inférieure à son homologue N&B. Mais la finesse est spectaculaire. Hors tracés, on retrouve la vitesse de calcul propre au niveau Silver Edition.

L’alimentation est logiquement confiée à une batterie rechargeable. Dommage que la TI-84C ait du coup conservé son épaisseur substantielle, car le procédé aurait permis, à l’instar des TI’NSPIRE CX et HP-PRIME, un design plus plat.

Une page est bien tournée dans le petit monde des calculatrices, après les victoires récentes sur la vitesse de calcul, ce sont les écrans qui viennent de faire le grand saut.

Il n’y a pas vraiment eu de calculatrices « de l’an 2000 », mais il fallait juste attendre un peu, celles de 2010 existent bien !

[ajout du 14 avril 2024]

La TI-84C est visiblement dotée d’une excellente batterie (ci-dessous), à la gestion parfaite. Ressortir une TI-84C qui n’a pas été utilisée depuis des mois voire plus ne pose pas de problème, la batterie ne s’est pas déchargée ou faiblement et la machine s’allume et répond toujours sans délai. une machine décidément agréable.