PSION 5

PSION5

Que fait donc ici cet étrange appareil ? Ce n’est pourtant pas une calculatrice …

Sorte d’ancêtre éloigné du smartphone, le PSION fut en 1997 le compagnon high-tech des cadres supérieurs fortunés et chefs d’entreprises.

Le PSION était un ordinateur de voyage, doté d’un système d’exploitation multitâche et de bons logiciels bureautiques, une mémoire de masse auxiliaire par carte Compact-Flash, ainsi qu’un clavier mécanique d’une grande qualité et efficacité.

Le PSION était aussi doté de fonctions de calcul, et c’est bien sûr la raison de sa présence ici. Il dispose d’un émulateur de calculatrice scientifique, mais est aussi pleinement programmable dans un langage agréable et ultra puissant.

J’ai fait subir au PSION de 1997 mes tests de calculs habituels et en voici les résultats :

Comme on peut le constater le PSION est bien une véritable calculatrice scientifique performante : 12 chiffres affichés pour 15 de précision interne.

Par ailleurs une excellente précision : valeur résiduelle après cumul des 360 premiers sinus : -1,58484336765E-14, soit le meilleur classement de mon parc, juste devant la moderne CASIO FX-9750GII; et deuxième au test Forensics, juste après la CANON F-720i, machine de 24 chiffres internes.

Rapidité : 4 secondes pour exécuter le test des sinus, soit 1 sec. de plus que la puissante CASIO FX-9750GII, et à 2 secondes seulement de la HP-30B, machine la plus véloce en 2010, soit un chiffre excellent (TI-89 TITANIUM : 16 sec.).

Le plus grand nombre exprimable par le PSION est <1E309.

En conclusion le PSION 5 mérite incontestablement le respect sur le plan du calcul : puissance (toutes fonctions scientifiques), rapidité incroyable (pas seulement en regard de son âge), précision de premier plan.

J’ajoute que le PSION est alimenté par deux simples piles AA, que son écran est tactile (stylet ou doigts) et que sa définition d’écran est d’un extrême finesse.

Si beaucoup de smartphones proposent aujourd’hui des fonctions de calcul, le PSION a un statut à part, notamment en raison de ses belles capacités de programmation, de sa parfaite autonomie aujourd’hui (les Palm contemporains à batterie spécifique ont depuis longtemps disparu), en un mot de la pertinence de son concept. En ce sens, il se rapproche selon moi des Ordinateurs de Poche Basic des années 80.

Machine de rêve en 1997, son prix d’environ 6000 Francs (+/- 1000 Euros) la réservait aux VIP fortunés … Heureusement on peut encore se procurer le PSION de nos jours en occasion pour un prix intéressant (+/-100 €). A noter que le modèle 5 MX offre un meilleur écran, celui du 5, le mien en tous casn’étant vraiment utilisable qu’avec le rétro-éclairage.

Le 5/5MX a un point faible : la nappe interne qui finit par se dégrader au gré des ouvertures/fermetures.

PSION5-3

PSION 3A

Au cours de la décennie 80 se déroula un phénomène appelé “ordinateurs de poche”. Ces appareils prenaient la suite des calculatrices programmables, dont le concept semblait devenu obsolète.

Les Ordinateurs de Poche permettaient le calcul, y compris scientifique, mais surtout se programmaient. Leur langage BASIC était moderne, puissant, alphanumérique comme leur clavier qui évoquait celui d’un ordinateur.

En 1993, alors que la mode des Ordinateurs de Poche était éteinte, le constructeur PSION sortit un appareil d’une toute autre philosophie.

Il s’agissait d’un assitant personnel, permettant le gestion de fiches ou d’agendas, mais aussi le travail bureautique sous des applications dédiées.

Un module de calcul était disponible, mais aussi un puissant environnement de programmation propriétaire.

Avec le recul, je pense possible de regarder cet appareil complètement autonome (alimenté par 2 piles AA) et doté d’un  puissant langage apparenté au BASIC, comme un successeur des légendaires Ordinateurs de Poche des années 80.

Psion3A