MERLCOR SC-600

MELCOR_SC600-3

Exemplaire peu courant d’une calculatrice ancienne à logique RPN. C’est une MELCOR. L’afficheur rappelle celui des grandes sœurs SC-635 ou SC-615 par le dessin et la pâleur légèrement tremblotante des digits.

Produite selon toute vraisemblance en 1974, cette jolie scientifique utilise la logique RPN, pour les quatre opérateurs, avec une pile à 3 niveaux. L’examen des touches révèle une particularité : la séquence des fonctions trigonométriques sous la forme COSSINTAN et non SINCOSTAN comme à l’accoutumée. Idem pour la fonction X<>Y intitulée ici Y<>X.

Soumise à des tests de calculs d’arrondis, la MELCOR SC-600 montre une électronique commune avec la NSC 4510 Mathematician. Mêmes résultats, même comportement, même capacité limitée à afficher les grands nombres (pas de notation scientifique).

L’alimentation s’obtient par une pile de 9V. Sur l’exemplaire ici présent, l’affichage reste cependant faible, et seul un branchement par câble au secteur autorise un bon fonctionnement. Le clavier est également fatigué et peu réactif. Mais vu l’originalité de cette splendide petite machine scientifique, l’essentiel n’est-il pas de la voir s’allumer et s’animer ?

MELCOR_SC600-5

MELCOR SC-635

melcor635

Belle et puissante calculatrice de l’époque 1974/1975. Contrairement à la Melcor SC-615 non dotée de la fonction ARC, la 635 autorise les fonctions trigonométriques réciproques (SIN-1 COS-1 TAN-1).

Cette fière machine made in USA possède un bel afficheur LED. La batterie de format propriétaire est bien entendu HS depuis longtemps. La MELCOR ne fonctionne aujourdhui que reliée au secteur au moyen d’un adaptateur standard.

A noter un dispositif “écran de veille”, censé pallier l’importante consommation de l’afficheur.

melcor635-2

MELCOR SC-615

MELCOR615

Cette MELCOR fut en son temps (1974/1975 ?) une belle calculatrice scientifique comme on les concevait alors : fonctions trigonométriques et inverses, logarithmiques et inverses, travail sur les angles et pas grand chose d’autre.
Un examen attentif des touches permet de constater deux caractéristiques étonnantes … Vous n’avez pas trouvé ?
OK je vous les révèle :
D’abord, si on a bien les fonctions trigonométriques, en revanche, comment accède-t-on aux fonctions réciproques (ARC, sin-1 …). Il n’y a tout bonnement pas de possibilité d’accéder aux fonctions ARC sur ce modèle. L’explication ? la touche dévolue à ARC sur les autres modèles MELCOR est ici remplacée par le +/- (visible à gauche de SIN).
Voilà qui nous amène à l’autre bizarrerie, inouïe celle-là : nous avons DEUX touches de changement de signe … Celle située proche de SINUS, et l’autre, en bas, emplacement classique, touche rouge.
Ces deux touches font exactement le même travail, à savoir le changement du signe d’une valeur. Etrange conception.
Cette très belle calculatrice possède un afficheur rouge (LED), comme il était de règle à l’époque. L’inconvénient des anciennes LED est l’énorme consommation. Les calculatrices étaient soit dotées d’une pile 9V (machines bon marché) soit pourvues de batteries rechargeables (les modèles les plus chers). C’est le cas ici. La batterie est d’un type très particulier, cylindrique, très longue … et totalement HS.
Heureusement, un adaptateur secteur tout simple la ramène à la vie et allume les frêles segments LED, minuscules et légèrement tremblotants. Ultime caractéristique pittoresque : l’interrupteur “à basculement axial”, qu’on retrouve sur d’autres MELCOR.

MELCOR615-2