SANYO Model 810

SANYO, géant de l’électronique, fut présent dès les premiers instants sur le marché des premières calculatrices. Ces machines, pas encore tout-à-fait de poche, étaient lourdes, encombrantes, telles une ICC 081 Mini Calculator de 1971 et sa poignée de transport.

En 1972 SANYO lance la Model 810, une machine davantage compacte et aux arêtes plus rondes. L’afficheur adopte un format plus moderne que les tubes Nixie ou autres clapets rabattables. Les touches du clavier sont désormais bien rassemblées, on y sent un frémissement de design.

Les fonctions sont encore extrêmement simples : Les quatre opérations et c’est tout ! Le manuel explique comment réaliser toutes sortes de calculs compliqués, comme des calculs de bulletins de paye, époque barbare …

La SANYO ICC-810 ne sera pas encore la calculatrice de poche dont le grand public va s’emparer. Il est trop tôt. Le prix et le poids sont encore exorbitants.

L’afficheur, de fabrication NEC, est un magnifique néon de couleur orange, présentant la caractéristique d’offrir un 8e petit segment à la droite du « 4 » pour lui restituer au mieux sa forme croisée. Cette graphie, courante à cette époque en affichage fluorescent vert, est rarissime pour un afficheur orange. Un vrai symbole MOINS complète les huit chiffres disponibles. La virgule est flottante et le dépassement de capacité signalé par un point en haut à gauche. Dans ce cas, la position du point décimal renseignera sur la taille réelle du nombre, dont l’expression ne pourra jamais excéder 8 chiffres significatifs.

L’alimentation de la Model 810 est assurée par une batterie à quatre éléments rechargeables procurant une autonomie de 3 heures. Un dispositif d’extinction, ravivé par la touche H, permet d’économiser ces instants précieux.

Sur le plan de la construction, la ICC-810 a tout pour déformer les poches. Sa masse toute mouillée est de 540 g. Taillée dans un bloc de métal à coups de serpe, la façade avant pèse à elle seule 170 g, avec une épaisseur de métal de 2 millimètres au moins, c’est énorme.

Démontée, la ICC-810 nous dévoile son mécanisme de clavier basé sur un couple de ressorts hélicoïdaux ! : un pour la touche, un plus fin pour le minuscule picot de contact. Sans jamais se tromper, les picots noirs appuient à l’aveugle sur des points précis de la carte recouverte d’une nappe de caoutchouc obscure.

Combien coûtait une Model 810 en 1972 ! Bien peu d’informations sont disponibles aujourd’hui. Dans le numéro 577 de Science et vie, il est mentionné un prix de 1296 Francs en 1974, soit à peu de choses près 1300 de nos euros actuels, et sûrement bien plus encore deux ans auparavant.

Note 1 : L’alimentation par câble sur le côté résulte du travail d’un précédent propriétaire de ce modèle. Le port d’alimentation d’origine est sur le dessus de la machine.

Note 2 : Cet article est une réduction de celui paru dans la Gazette n° 12 à laquelle j’avais contribué, téléchargeable sous le lien ci-dessous.

http://silicium.org/site/index.php/telechargements/category/4-la-gazette-des-pocketicaires

 

SANYO CZ1205

Machine extra-plate du début des années 80 produite par le géant du calcul SANYO. l’indication « Power guard System » rappelle que nous avons affaire ici à une des toutes premières calculatrices pourvues de l’extinction automatique au bout de quelques minutes d’inutilisation.

SANYOCZ1205

SANYO CZ-252

C’est psychologique : quand un objet est gros, il semble plus important. C’est sans doute pour cela que la minuscule SANYO CZ-252 a un air si discret. On la prendrait pour un simple gadget. Ses dimensions : 11.5 cm de haut et 6.5 de large, la classent parmi les calculatrices scientifiques les plus petites de l’histoire.

La SANYO CZ-252 n’est pas un gadget. La richesse de son clavier lui donne toutes les possibilités d’une grande, excepté la racine carrée, étrangement absente du clavier, il faut se servir de la touche de racine nième pour cela et donc attendre un peu pour le résultat.

Où situer la période de production de la CZ-252 ? Il n’est pas facile de répondre de façon précise à la question. L’aspect, les touches gomme, évoquent la seconde moitié des années 80. Cependant l’interrupteur manuel, l’absence de mémoire permanente, rappellent le début de la décennie 80. Voyons si l’on peut tirer des indications du numéro de série : il commence par un 7, ce qui pourrait vouloir dire 1977 ou 1987. Deux dates qui ne collent décidément pas bien aux caractéristiques de la CZ-252, trop moderne pour la première, trop archaïque pour la seconde.

Une petit caractéristique inhabituelle : Un Auto Shut Off éteint la calculatrice au bout de quelques minutes d’inutilisation. La chose est courante. Mais ce qui ne l’est pas, c’est le clignotement de l’afficheur une minute avant la mise en sommeil …

SANYO252-2

SANYO CZ 1204

La SANYO CZ-1204 est une minuscule calculatrice scientifique (116 X 70 X 10 mm).

Mignonne et rare, avec des caractéristiques très classiques.

Fabriquée au Japon en 1983 ou 1984, la SANYO CZ-1204 est alimentée par une simple pile plate,  d’un type particulier cependant : une CR-2430.

Une telle pile avait été rencontrée dans la CANON F-62, et la question restait en suspens :  pourquoi un si gros cœur dans une si petite calculatrice ?

Or il se trouve que la SANYO CZ-1204 et la CANON F-62 partagent exactement le même boîtier, à ceci près que la CANON demande deux piles au lieu d’une seule pour la SANYO. Cela ne répond pas à la question, mais on sait au moins que la CANON n’est pas seule à embarquer des énormes CR-2430.

SANYO CZ-2172

SANYO2172-5

L’originalité de la SANYO CZ-2172 tient incontestablement à son afficheur.

Ici point de chiffres fluorescents verts comme chez sa sœur CZ-0124. Ni de courantes diodes électroluminescentes LED aux fins filets rouges habituels. Non, ici il s’agit d’un type particulier de LED avec d’épais et magnifiques grands digits rouges.

SANYO a produit plusieurs modèles sur ce schéma : la volumineuse CZ-2171 par exemple, ou encore la CZ-0111. Cette dernière présente un aspect très proche de la CZ-2172. Mais bien qu’elles soient aussi splendides l’une que l’autre, ce ne sont pas des jumelles, les circuits sont différents. Pour preuve, un affichage calé à gauche pour la 2172 Scientific 102, et calé à droite pour la 0911 Scientific 84.

SANYO2172-3

La forme des digits 6 et 9 est également différente, ainsi que le symbole d’erreur (un curieux petit carré dessiné par 4 segments à gauche pour la 2172).

SANYO2172-2

La CZ-2172 ne possède pas la mise en veille d’affichage automatique de la CZ-0911, ni sa touche de changement de mode angulaire. Elle doit donc être un peu plus ancienne, et produite vraisemblablement autour de 1976.

La différence la plus visible entre les deux machines concerne le nombre de chiffres affichables : 8 pour la 0911, et 10 pour cette 2172. Point de chiffres de garde et donc 10 chiffres réels, mais une précision somme toute excellente.

Dans l’article consacré à la SANYO CZ-0911, je m’étais interrogé sur la signification de « Scientific 84 » mentionné en façade. La CZ-2172 se prétendant quant à elle une « Scientific 102 » je puis désormais y voir un peu plus clair : le 8 de 84 signifie 8 chiffres, tandis que le 10 de 102 en évoque 10.

Recentrons-nous sur la CZ-2172. On peut constater que les fonctions scientifiques disponibles constituent un minimum syndical. Point de parenthèses, et même pas d’élévation au carré. C’est une 35 touches et rien de plus. Concernant le petit carré montrant la condition d’erreur (de « o » de overflow ?), elle n’est pas bloquante, et ceci est plutôt inhabituel. Par exemple : calculer l’inverse de 0 (touche 1/x) placera bien la machine en situation d’erreur. Mais point besoin d’en sortir par appui sur la touche C. Il suffit juste de reprendre les calculs comme si de rien n’était. En procédant au test Forensics, qui permet de déceler une « signature » des circuits, on trouve la valeur de 8,999670079. C’est exactement celle d’une autre machine fort différente d’aspect, et pourtant de parenté plus que probable : l’OLYMPIA CD603. Outre le résultat au test, l’OLYMPIA possède les mêmes fonctions, le même nombre de touches, et a la même manie de fonctionner en permanence en format scientifique, affichant toutes les décimales possibles, même s’il s’agit d’une ribambelle de zéros.

SANYO2172-4SANYO2172-1

SANYO CZ-2171

Désignée également Scientific 101, voilà une énorme bête Made in Japan de l’époque 1975.

Une étrangeté : l’affichage rouge d’un type particulier, déjà rencontré sur les SANYO CZ-0111 et SANTO CZ-2172. Contrairement aux LED habituels, les digits ici sont épais et légèrement tremblotants.

La CZ-0111 avait la particularité de pouvoir afficher des nombres très grands (du moins leur mantisse), tels la factorielle de 99. Pas ici, où le nombre maximal ne peut dépasser le classique <1E100. D’ailleurs, hormis les dimensions écrasantes et l’afficheur original, les caractéristiques de la 101 sont courantes, sans la moindre surprise. Dix chiffres pour la 2171, contre 8 pour la 0111. Une précision interne de 10, qui tient compte cependant d’un onzième chiffre, jamais visible, qui arrondit le dixième selon qu’il est supérieur à 4 ou inférieur à 5.

A noter l’usure du clavier sur l’exemplaire ici présent, devenu dur et imprécis, ce qui n’est pas grave, juste un peu dommage.

SANYO CZ-0124

SANYO-0124-1

Et non ! ce n’est pas le modèle rarissime à logique RPN, ou bien celui tout aussi rare, programmable …
La SANYO CZ-0124 est une très conventionnelle et sage calculatrice de 1976. Elle est cependant très belle, à profil incliné comme c’était alors la règle, afin de pouvoir loger les (2) piles AA notamment.
Afficheur à 8 chiffres verts, précision interne de 10. Concernant les piles, elle se logent dans un logement amovible, celui-ci s’enfichant dans un long picot pointu, avec déclic quand tout est bien en place …

SANYO-0124-3

SANYO CZ-0111

SANYO-0111-1

L’originalité de cette belle scientifique produite autour de 1976 : son afficheur à chiffres rouges pas tout-à-fait classiques. A chaque digit correspond un élément isolé sur la carte-mère. Ces chiffres sont très agréables, plus épais que des LED ordinaires, et légèrement tremblotants.

Ce n’est pas la seule originalité de cette SANYO, capable d’exprimer des résultats plus grands que prévus. Sur le papier, le champ de calcul paraît pourtant classique pour une scientifique : plus grand nombre exprimable = <1E100. Pourtant, au delà de cette limite, le symbole de dépassement surgit mais n’empêche pas le résultat de s’afficher, avec l’exposant limité par la force des choses aux 2 chiffres de droite.

Ainsi une pression sur la touche factorielle pour la valeur 99 retourne 9.3326209 + le symbole de dépassement de capacité + l’exposant à 55 (comprendre 155).

Voir aussi ici la SANYO CZ-2172, machine à la fois proche et différente de la CZ-0111.

 
SANYO-0111-2