SANYO CZ-2172

SANYO2172-5

L’originalité de la SANYO CZ-2172 tient incontestablement à son afficheur.

Ici point de chiffres fluorescents verts comme chez sa sœur CZ-0124. Ni de courantes diodes électroluminescentes LED aux fins segments rouges habituels. Non, ici, il s’agit d’un type particulier de LED, probablement ancien, avec d’épais et magnifiques grands digits rouges.

SANYO a produit plusieurs modèles sur ce schéma : la volumineuse CZ-2171 par exemple, ou encore la CZ-0111. Cette dernière présente un aspect très proche de la CZ-2172. Mais bien qu’elles soient aussi splendides l’une que l’autre, ce ne sont pas des jumelles, les circuits par exemple sont différents. Pour preuve, un affichage calé à gauche pour la 2172 Scientific 102, et calé à droite pour la 0911 Scientific 84.

SANYO2172-3

La forme des digits 6 et 9 est également différente, ainsi que le symbole d’erreur (un curieux petit carré dessiné par 4 segments à gauche pour la 2172).

SANYO2172-2

La CZ-2172 ne possède pas la mise en veille d’affichage automatique de la CZ-0911, ni sa touche de changement de mode angulaire. Elle doit donc être un peu plus ancienne, et produite vraisemblablement autour de 1976.

La différence la plus visible entre les deux machines concerne le nombre de chiffres affichables : 8 pour la 0911, et 10 pour cette 2172. Point de chiffres de garde et donc 10 chiffres réels, mais une précision somme toute excellente.

Dans l’article consacré à la SANYO CZ-0911, je m’étais interrogé sur la signification de “Scientific 84” mentionné en façade. La CZ-2172 se prétendant quant à elle une “Scientific 102” je puis désormais y voir un peu plus clair : le 8 de 84 signifie 8 chiffres, tandis que le 10 de 102 évoque les 10 chiffres affichés.

Recentrons-nous sur la CZ-2172. On peut constater que les fonctions scientifiques disponibles constituent un minimum syndical. Point de parenthèses, et même pas d’élévation au carré. C’est une 35 touches et rien de plus. Concernant la condition d’erreur (le petit carré), elle n’est pas bloquante, et ceci est plutôt inhabituel. Par exemple : calculer l’inverse de 0 (touche 1/x) placera bien la machine en situation d’erreur. Mais point besoin d’en sortir par appui sur la touche C. Il suffit juste de reprendre les calculs comme si de rien n’était. En procédant au test Forensics, qui permet de déceler en quelque sorte la “signature” des circuits, on trouve la valeur de 8,999670079. C’est exactement celle d’une autre machine fort différente d’aspect, et pourtant de parenté plus que probable : l’OLYMPIA CD603. Outre le résultat au test, l’OLYMPIA possède les mêmes fonctions, le même nombre de touches, et a la même manie de fonctionner en permanence en format scientifique, affichant toutes les décimales possibles, même s’il s’agit d’une ribambelle de zéros.

SANYO2172-4SANYO2172-1

Laisser un commentaire