ARISTO M 800

Le constructeur allemand ARISTO a longtemps produit des règles à calcul avant de se lancer dans la fabrication de calculatrices vers 1975. Ses machines présentaient toutes un solide air de famille. A la fin des années 70, ARISTO adopta le concept extra-plat que permettaient les modernes cristaux liquides.

Comme pour tant d’autres constructeurs, c’est une solution à base de processeur Nec D1856G qui fut adoptée pour le modèle scientifique à dix chiffres.

Techniquement identique à nombre de modèles concurrents, et en particulier à la PANASONIC JE1432U avec laquelle la M800 partage le témoin de statistiques spécifique – un symbole “S” à l’écran et non le SIGMA beaucoup plus répandu, la M800 est une ARISTO bien reconnaissable à ses couleurs vives.

Si le comportement de toutes les calculatrices à processeur Nec D1856G est rigoureusement identique, et c’est bien aussi le cas pour la M800, celle-ci présente l’originalité d’être équipée d’une variante du processeur, nommé D1855G.

Se pourrait-il que l’ARISTO M800 soit la plus ancienne de toutes ces machines, la première ? Elle est en tous cas antérieure à 1980, l’entreprise ayant été dissoute en 1979.

Ci-dessous l’image des processeurs, à gauche le 1855 de l’ARISTO, à droite le beaucoup plus connu 1856 de la PANASONIC.

ARISTO M75 E

Le modèle M75E n’est pas la calculatrice la plus répandue du constructeur allemand ARISTO.

J’ai appris son existence le jour où un propriétaire m’a contacté. Son Aristo 75E ne fonctionnait plus et il espérait quelques informations précieuses, que je n’avais malheureusement pas.

Bien plus tard, j’eus à mon tour l’occasion d’acquérir ce modèle peu courant, produit autour de 1975. Et de constater qu’au-delà du premier coup d’œil, l’aspect des machines n’était pas aussi semblable qu’imaginé.

Les M75 et M75E présentent des touches et légendes différemment disposées. Mais surtout, la E possède une touche d’exposant, voilà qui est nouveau car la M75 ne connait pas la notation scientifique.

Il existe un site internet consacré aux calculatrices Aristo (*). Il y est indiqué de façon très succincte que la précision de la 75E est “améliorée”.

Il s’agit bien là de sa seconde particularité. Elle concerne plus spécifiquement la fonction d’élévation à la puissance.

L’ARISTO M75E calcule avec 10 chiffres internes ce qui est bien, mais pas exceptionnel pour autant. En revanche, l’élévation à la puissance donne des résultats souvent exacts quand bon nombre de calculatrices se débattent avec les erreurs d’arrondis.

Ainsi ma M75 toute simple (sans ““) renvoie la valeur 65535,79 pour le calcul de 2^16, au lieu de 65536, et les approximations sont visibles déjà bien avant et sont liées à l’algorithme de calcul, reposant sur les logarithmes.

La M75E donne pour sa part le résultat exact pour 2^16, mais aussi pour 2^ 17 et ceci jusque 2^26, seuil du passage en notation scientifique. Les divisions successives par 2 redonnent bien la valeur initiale, sans jamais montrer aucun chiffre de garde.

Quoique, il y a quand même une exception : dans le seul cas de 2^23, la 75E ne joue pas le jeu, et donne des chiffres de garde, ce qui selon moi disqualifierait l’hypothèse d’un algorithme reposant sur une suite de multiplications. D’ailleurs les exposants non entiers sont gérés. Il est possible que la E gère les arrondis de façon inhabituelle et particulièrement performante.

L’ARISTO M75E mérite sans aucun doute sa qualification de calculatrice précise. A noter que les calculs de trigonométrie montrent une précision standard.

Tout bien pesé, il existe une autre ARISTO présentant en tous points les caractéristiques techniques de la M75E, y compris son dessin des digits “6” et “9” à cinq segments : le modèle UNILOG, une autre pierre rare signée Aristo.

 

(*) Pour qui veut découvrir tous les modèles ARISTO, il existe ce site très intéressant et complet :

http://www.hh.schule.de/metalltechnik-didaktik/museum/taschenrechner/aristo-electronic-calculators.htm

ARISTO Unilog

 

ARISTO_UNILOG4

L’ARISTO Unilog n’est pas la plus facile à rencontrer au sein de l’offre de ce prestigieux constructeur allemand des années 70.

Cette scientifique accomplie, alimentée par une pile 9V devait être produite selon toute vraisemblance autour de l’année 1977. Elle semble techniquement similaire en tous points à une autre pépite : l’ARISTO M75 E, plus rare encore, à ne pas confondre avec la M75.

ARISTO M85

ARISTO85-2

Aristo est une marque allemande qui a produit de magnifiques calculatrices dans les années 70. Témoin la M85, grande sœur de la M75, machine scientifique pleine de personnalité.

Si la M75 ne dispose pas de l’affichage avec exposant, c’est chose faite pour la M85. Du coup c’est vers la gauche que les entrées sont alignées, et à droite pour la petite sœur. L’exposant est ici inhabituel. Quand il est inférieur à 10, seul le chiffre de droite est affiché, alors qu’habituellement les exposants sont exprimés par deux chiffres (ici les valeurs s’affichent sous la forme 1.2345678 – 5 au lieu de 1.2345678 -05).

Capacité de 8 chiffres, pas un de plus, et précision logiquement moyenne. Le modèle photographié ici a conservé un bel aspect. Il fonctionne mais le clavier est fatigué et les touches rebondissent parfois (111 s’affiche au lieu de 1 par ex.). Mais vu l’âge respectable de ce specimen, c’est pardonné !

ARISTO M75

ARISTOM75

Les ARISTO se ressemblent toutes un peu et ont de la personnalité à revendre … Elles furent fabriquées en Allemagne (Made in Germany) par ce constructeur spécialisé aussi dans les règles à calcul.

La M75 est une scientifique compacte au design irrésistible, avec de grosses touches colorées et des impressionnants commutateurs surplombant l’afficheur.

Ci-dessous la Aristo M75 avec sa grande soeur M85, machine dessinée dans le même esprit.

Il existe aussi une M75 E mais c’est une autre histoire …

ARISTO86