BERKEY Keystone 2050

Loading Likes...

Le mode d’alimentation des calculatrices anciennes était souvent de nature mixte : bloc de batteries rechargeables et raccordement au secteur mural. En cause, la grande consommation des afficheurs, qui ne s’est notablement améliorée qu’à l’avènement de la technologie des cristaux liquides.

Les batteries rechargeables présentaient un défaut : la longévité limitée. Au bout d’un certain nombre de cycles de recharges, leur autonomie devenait nulle. Le propriétaire voulant continuer à utiliser sa machine se trouvait face à plusieurs options : Soit il était un peu bricoleur et se lançait dans la réfection d’un bloc d’accus, soit il n’utilisait sa machine que reliée au secteur mural, soit, en plus de l’option précédente il déposait chirurgicalement le bloc périmé de façon à alléger la machine et se prémunir des souillures liées au vieillissement du bloc (*).

De toutes les machines de cette époque qui me sont passées entre les mains, une seule avait le bloc rénové et deux avaient été allégées de leur bloc périmé.

C’est le cas de cette Keystone 2050 que je fus bien en peine de faire marcher du premier coup. Le branchement secteur ne donnait rien et aucune batterie ne se trouvait à l’intérieur. Mes amis du forum silicium.org m’ont expliqué comment préparer un bloc de deux piles AA qui, branchées au bon endroit, restaurèrent le fonctionnement de cette belle et ancienne Keystone made in USA.

Peu d’éléments sont disponibles sur internet sur cette machine. La fabrication semble antérieure à 1976. La petite éminence argentée au-dessus de la touche SIN correspond à la connexion interne du fil de masse.

L’afficheur est de type Panaplex, soit de grands chiffres couleur de feu.

La 2050 possède des fonctions scientifiques de base, mais pas la notation avec exposant de 10. Le maniement est simple et intuitif, mais si besoin, un condensé du manuel se trouve collé au dos de la machine. La loupe est obligatoire pour déchiffrer les minuscules caractères.

On y apprend tout de même l’usage de la touche unique de mémoire. M doit être suivie de “” pour stocker, de “” pour lire, de “” ou “– ” pour y ajouter ou soustraire des valeurs, et “” pour la vider. C’est simple et pratique. Ce procédé avait été rencontré dans la petite Rockwell 20R, qui incluait les touches de multiplication et de division.

Les tests de calculs d’arrondis poussés révèlent une certaine parenté de processeur avec des machines aussi diverses que la CANON F5, la ARISTO M75, la PRINZTRONIC SC3001M, la VICTOR 106. Mais aucune n’est vraiment proche de la Keystone 2050.

Machine au caractère incontestable, la BERKEY Keystone 2050 est un magnifique objet qui respire l’authenticité, la qualité et l’originalité inhérente aux modèles les plus anciens.

 

(*) à noter que certaines calculatrices étaient conçues pour fonctionner impérativement avec le bloc en place, même en cas d’usage par branchement secteur, sous peine d’instabilités voire de destruction.