TEXAS INSTRUMENTS TI-59

La TI-59 est sans doute une des plus belles calculatrices de tous les temps. Elle est aussi emblématique de l’âge d’or, période charnière entre la fin des années 70 et le début de la décennie 80.

Calculatrice toute puissante et très chère, je la contemplais en 1978 dans le rayon Calculatrices de la FNAC de Belfort, en franche-Compté où je résidais alors. J’étais déjà habitué au maniement des calculatrices usuelles, mais restais vraiment intimidé devant cette machine, dont je ne devinais rien. Je la savais programmable. En quoi cela consistait-il précisément ? Et que signifiaient les impénétrables légendes de touches SST STO SBR LRN … 3 lettres inintelligibles.

Mes moyens limités ne me permirent d’acquérir que bien plus tard la TI-57 (1982), machine habitée par le même mystère, et quelques interrogations furent levées. Il me restait à comprendre la signification de CMs, Op, St Flg … Un élément du mystère résidait dans le caractère violemment rétrograde de la bête. Ainsi alors que les calculatrices de 1980 devenaient extra-plates, avec des afficheurs LCD à faible consommation, la TI-59 perpétuait une technologie ancestrale, à afficheur LED à chiffres rouges minuscules extraordinairement gloutons en énergie, une mémoire encore volatile, et des dimensions énormes, en particulier l’épaisseur. Les proportions étaient cependant équilibrées et conféraient à la 59 un aspect cohérent, compact, brutal, magnifique.

La TI-59 recelait une puissance monstrueuse, qui s’exprimait en nombre de pas de programmes enregistrables : 960 … Moins d’un kilo-octet dirait-on aujourd’hui, mais en 1978, c’était une abondance insolente.

La bête compensait la perte des données liée à l’extinction par un dispositif réservé aux machines de très haut de gamme : Le lecteur-enregistreur intégré de cartes magnétiques. La TI-59 était aussi du coup une lourde machine.

En 1981, le magazine « L’Ordinateur de Poche« , dans son premier numéro, avait établi un comparatif entre les 3 machines de haut de gamme du moment : TI-59, HP-41, SHARP PC-1211. La HP-41, modèle alors récent, était pourvue d’un afficheur moderne LCD alphanumérique, Le PC-1211 inaugurait un concept novateur : calculatrice-ordinateur, dotée d’un afficheur LCD 24 caractères et langage conversationnel tout-puissant, le BASIC. Cette confrontation au sommet mettait cruellement en lumière le caractère archaïsant de la vieille TI-59 : technologie LED ancienne génération, aucune capacité alphanumérique, hormis par l’intermédiaire de l’imprimante PC-100C, taille mémoire désormais dépassée.

L’aura du lecteur de carte magnétique était diluée par les dispositifs de sauvegarde des concurrents, en option cependant. Les fidèles de la TI-59 appréciaient encore le module de base contenant 25 programmes divers, et beaucoup d’autres modules optionnels.

La TI-59 a-t-elle eu une descendance ? La TI-88 devait assurer la relève: machine moderne, rappelant dans sa ligne la 59, afficheur LCD alphanumérique, vaste mémoire constante, modules, imprimante. Mais la TI-88 n’a jamais été produite. On ne la connaît que par une petite dizaine de prototypes soigneusement conservés dans des musées ou universités. La TI-66 fut présentée en 1983 comme une remplaçante, mais plutôt de la TI-58C, de par ses caractéristiques. La 66 a cependant une philosophie différente, sage, limitée, et elle est très lente. Personnellement j’ai tendance à voir dans le volumineux TI-95 Procalc, sinon le remplaçant, du moins un hommage tardif à la 59 (produit en 1986). Il en corrige les défauts et en reprend grandement l’esprit, dans une présentation certes très différente.

Outre ses caractéristiques quelque peu archaïques, la TI-59 souffrait d’un défaut, comme ses sœurs 57 et 58 : la fragilité du clavier. Après un an, des rebonds apparaissaient, qui entravaient lourdement l’utilisation de la machine. Problème pourtant inconnu de la gamme antérieure (TI-SR52, SR-56). Les rebonds répliquaient de façon intempestive tout appui (on pensait avoir tapé « 1 », « 111 » était affiché).

Pour expliquer l’origine de ces redondances, beaucoup ont incriminé la sensibilité à l’usure de la pellicule de mousse qui recouvrait les contacts. D’autres ont mis en cause les contacts, en forme de dômes métalliques déformables, soupçonnés de se fendre avec le temps. Personnellement j’ai vu des pellicules de mousse tomber en charpie, mais leur remplacement ne changeait rien. J’ai ouvert beaucoup de machines et y ai vu des dômes et pellicules de mousse intacts, tandis que les machines, parfois jeunes, étaient déjà infestées de réplications. j’ai fini par incriminer une électronique ayant peut-être fait l’économie lors de sa conception de dispositifs de contrôle anti-rebond. Cela expliquerait bien de choses. Car autant je crois bien cerner la cause des problèmes de clavier d’une future  TI-57 LCD, très critiquée à son tour sur ce point, autant je ne suis convaincu par aucune explication pour les 57,58,59.

Au delà de cet aspect, alors que la TI-59 se trouve facilement d’occasion aujourd’hui, ses organes internes ont souvent mal vieilli : batteries mortes bien évidemment, mais aussi lecteur de cartes souvent HS. Les pattes de contact d’alimentation sont une fois sur deux corrodées ou cassées, or la présence du bloc en contact est indispensable à la stabilité de fonctionnement de la machine, même en usage secteur 220V.

N’ayant pu acquérir cette calculatrice fabuleuse en son temps, j’ai profité ces dernières années de la facilité providentielle offerte par Internet pour remédier à cette situation. J’apprécie énormément cette machine, et regrette de ne pouvoir pleinement l’utiliser, en raison de ses nombreux caprices. Je me rends à l’évidence : la TI-59 n’a pas su vieillir, contrairement à beaucoup de ses contemporaines, c’est dommage.

TI59-2

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *