CASIO FX-602P

La FX-602P est une machine mythique pour qui s’intéresse à la période fabuleuse des années 80.

En 1981, dans un comparatif publié par le magazine de légende “L’ORDINATEUR DE POCHE“, les testeurs avaient salué les qualités de la discrète et prometteuse FX-502P, tout en s’interrogeant sur le dynamisme et les ambitions de Casio. L’avenir tout proche montrera que Casio allait tenir la dragée haute à son concurrent Sharp, et produire des ordinateurs de poche de tout premier plan.

Mieux, en plein cœur de la révolution “ordinateurs de poche” à langage Basic, Casio va s’amuser à sortir une calculatrice classique : la FX-602P, évolution de la 502P.

La 602 offrait 512 pas de mémoire, mais surtout elle était alphanumérique. Un confort incroyable pour la programmation. La machine pouvait aussi afficher des messages de façon très efficace.

Elle disposait de l’adressage indirect, et pouvait se connecter à un périphérique de sauvegarde et à la petite imprimante FP-10 (comme la 502 d’ailleurs). Elle fut une machine incomparablement agréable et efficace à utiliser.

Avec le recul d’aujourd’hui, je me risquerais à qualifier la Casio FX-602P de 1ère calculatrice programmable entièrement “libérée” de toutes entraves. En effet, avant la 602P, les programmeurs devaient composer avec des contraintes diverses. La mémoire trop petite par exemple, ou bien volatile, l’absence de possibilités alphanumériques, l’impossibilité d’éditer le programme, ou de voir en clair les instructions tapées. Certaines machines ne connaissaient pas les tests, ou les boucles, ou l’adressage indirect. D’autres comme la HP-41 étaient performantes mais coûtaient très cher.

Oubliez tout cela avec la CASIO FX-602P qui vous donne enfin tout, avec facilité, son langage étant par ailleurs simple et ne requérant pas un long apprentissage.

De nos jours la CASIO FX-602P se trouve plutôt facilement sur le marché de l’occasion, mais c’est une machine appréciée, que les connaisseurs repèrent de loin et se disputent à coups d’enchères meurtrières.

J’ai acheté la mienne à l’automne 1984. Là où je travaillais, un collègue fort sympathique gérait le comité d’entreprise et disposait d’une quantité impressionnante de catalogues en tous genres. Je passai commande auprès de lui mais une suite de péripéties logistiques m’empêchèrent de la recevoir avant 4 mois.

J’ai beaucoup apprécié cette machine, qui me fit cependant le caprice de tomber en panne un beau jour. Plus rien, encéphalogramme plat. J’ouvris le capot … pour commettre l’irréparable. En quelques minutes, j’avais réussi à endommager sérieusement la carte-mère. Je ne sais toujours pas comment j’ai pu faire. Bref, la 602 fut refermée et dormit de longues années enfermée dans son carnet.

Bien plus tard, grâce à Internet il me fut permis d’acquérir un modèle de substitution, en piteux état mais fonctionnant. S’en suivit une transplantation du circuit imprimé.

Ma 602 était revenue à la vie.

Laisser un commentaire