TEXAS-INSTRUMENTS TI-86

Héritière de la TI-85, la TI-86 fut un haut de gamme absolu et éphémère chez Texas-Instruments, avant que la TI-89 ne lui ravisse le titre dès 1998.

La TI-86 a une mine austère : du noir partout, un afficheur purement fonctionnel, sans le plus petit témoin LCD. Mais elle est très puissante. Douze chiffres affichés, parfois 14, un champ de calcul culminant à <1E 1000, une fonction factorielle qui opère au delà des entiers, des fonctions pointues, une programmation complète incluant le traitement des chaînes de caractères, une gestion des variables puissante.

Le système de menus horizontaux repris de la 85 apporte une réelle puissance d’utilisation.

Machine de 1997, outre l’absence de calcul formel, la vitesse de calcul trahit aujourd’hui l’âge de cette machine à ne jamais oublier.

Quand on parle d’innovation et de dynamisme, il est de coutume de citer le constructeur CASIO qui avait su en son temps relever le défi des ordinateurs de poche, inventer le concept de calculatrice graphique, créer plus tard l’écran 3 couleurs, alors que TEXAS-INSTRUMENTS avait connu un parcours plus hésitant. Pourtant lorsque CASIO décide de renouveler sa gamme graphique, c’est le géant texan qui relève le défi. Il proposera au cours de la décennie 90 les TI-81 et 82 puis 83, avec processeur compatible Z80, la puissante et très différente TI-85, bientôt la TI-86, une toute menue TI-80 à processeur Toshiba et piles plates, les surpuissantes TI-92, 89 et Titanium à processeur Motorola. L’élan novateur va se poursuivre après l’an 2000 avec la saga des nspire et avec elles le concept toujours plus affirmé de terminal scolaire d’éducation mathématique. On peut aimer ou pas cette vision, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire