OLYMPIA 55-20

OLYMPIA55-1

Sous la marque et l’habillage OLYMPIA voici l’un des multiples visages d’une calculatrice très répandue au début des années 80. Je ne compte plus les versions et marques sous lesquelles elle apparait, avec toujours une signature qui ne trompe pas : l’affichage de la factorielle de 73 (photo du bas).
Il semble que sur la fin des années 70, les grandes marques de calculatrices, qui s’étaient si bien illustrées dans la production de grosses machines à chiffres verts ou rouges, eurent peine à innover et réagir face à la technologie montante des cristaux liquides. La plupart firent appel pour les modèles scientifiques, notamment à dix chiffres, à une électronique commune, à base de processeur Nec D1856G, qu’elles habillèrent d’un design “maison”. Ces machines ont donc souvent des apparences très diverses, mais restent exactement identiques dans leurs fonctionnalités et comportement.
Cette OLYMPIA semblait réservée au marché français : en témoigne la mention “Affichage à cristaux liquides” fièrement apposée en façade. Dommage qu’on y lise aussi “Scientific calculator” qui aurait pourtant produit un bel effet traduit dans la langue de Pompidou.

OLYMPIA55-3

Laisser un commentaire