SHARP EL-5020

SHARP-EL5020

Calculatrice scientifique programmable, produite en 1993.
 
Les capacités de programmation sont limitées, 40 pas seulement et une vitesse d’exécution très moyenne.
Sur le plan du calcul les fonctionnalités sont nombreuses mais polluées par un système d’entrée des données vraiment peu convaincant (analyse personnelle). Concrètement, la partie gauche de l’écran fait apparaître, de façon plutôt sophistiquée (matrice de points), le symbole de fonction utilisée, par exemple le symbole RACINE CARRÉE. Problème : Pour imiter au mieux l’écriture naturelle, ce système agit différemment selon que la fonction s’écrit traditionnellement à gauche du nombre (RACINE CARRÉE) ou bien à droite (ÉLÉVATION AU CARRÉ). A l’usage, les fonctions “à gauche” attendent la valeur ainsi que l’appui sur EGAL, tandis que les fonctions “à droite” agissent directement sur la valeur.
 
Pour être plus clair, voici la séquence de touches à taper, pour les deux exemples suivants : (A) SINUS de 2, et (B) ÉLÉVATION de 2 au carré :
(A) SIN 2 = (3 étapes, nombre entré après la fonction)
(B) 2² (2 étapes, nombre à entrer en premier)
 
Tout comme le système de CASIO nommé VPAM, ce mode d’entrée de données nécessite de bien connaître sa machine, et pénalise en pratique un usage occasionnel.
 
Alors que tout est si simple quand on traite toutes les fonctions de la même façon : valeur entrée en premier, touche de fonction enfoncée ensuite qui transforme et affiche. La volonté de traduire dans un système de calcul les conventions d’écriture naturelle me parait être un vrai problème qu’on rencontre souvent aujourdhui.
 
Une dernière particularité : un Made in Thailand exotique.

Laisser un commentaire